Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Punch-drunk love : ivre d'amour

undefinedRéalisé par Paul Thomas Anderson, sorti le 22 janvier 2003
Titre original :
Punch-drunk love

Avec Adam Sandler, Emily Watson, Philip Seymour Hoffman, Luis Guzman, Mary Lynn Rajskub ...

"Barry Egan (Adam Sandler), un trentenaire timide et complexé, passe le plus clair de son temps à collectionner les bons d'achat d'une marque de gâteaux. Depuis sa plus tendre enfance, il est accaparé par ses sept harpies de soeurs, si bien qu'il n'a jamais eu le temps de faire sa vie, ni de tomber amoureux. Jusqu'au jour où l'une d'entre elles lui organise un rendez-vous avec une troublante jeune femme se nommant Lena Leonard (Emily Watson)..."




Mon avis :  http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif




Le dernier film de l'atypique, mais néanmoins talentueux Paul-Thomas Anderson (Boogie Nights, Magnolia date déjà de 2003. En attendant son nouveau chef-œuvre annoncé fin février de cette année, There will be blood (avec le tout aussi discret à l'écran et talentueux Daniel Day-Lewis), il reste un peu de temps pour voir ce film que peu de gens connaissent : Punch-drunk love : ivre d'amour.

Barry Egan (Adam Sandler) a sept sœurs qui depuis le début de sa vie l'accapare tellement qu'il n'a jamais eu le temps de faire sa vie ou de tomber amoureux. Sans parler du fait qu'il est passablement simple d'esprit et que son caractère est quelque peu "changeant" ; c'est le moins que l'on puisse dire... Certains évènements vont alors venir perturber la vie de cet drôle de personnage : arnaque au téléphone rose (à cause d'une entourloupe du génial Philip Seymour Hoffman), entassement de dizaines de boîtes de pudding en promotion (dans le but d'accumuler des heures de voyage vers la destination de ses rêves), un harmonium sorti de nulle part et une mystérieuse femme (brillante Emily Watson) qui risque de chambouler l'univers de Barry... Poour un film quelque peu original, déjanté, onirique, et surtout prenant.

La principale force du réalisateur est surtout d'avoir réussi à exploiter le talent d'Adam Sandler (qui était jusqu'à présent cantonné à des rôles comiques dans des comédies grasses, pas toujours très inspirées). Il incarne ici à la perfection le rôle de ce nigaud bizarroïde en quête de lui-même et qui doit faire face à ses problèmes relationnels (sept sœurs hyper-étouffantes et pratiquement pas d'amis) et psychiques (une certaine tendance à péter les plombs et à défoncer les baies vitrées ou les toilettes des restaurants...). Adam Sandler nous amuse, nous fait rire, nous émeut ; sa prestation est impeccable. Paul Thomas Anderson (qui n'a rien avoir avec son quasi homonyme responsable de Mortal Kombat, Resident Evil ou autres joyeusetés du genre Aliens vs. Predator...) a réussi faire oublier l'image de comique qui collait à Adam Sandler pour lui offrir un réel statut d'acteur avec grand A.

Au final, Punch-drunk love : ivre d'amour est un film complètement loufoque  (il faut voir la scène d'ouverture et la tête d'ahuri d'Adam Sandler lorsqu'un camion dépose un harmonium juste devant lui, ou encore la scène complètement surréaliste où celui-ci parcourt la moitié des États-Unis avec un combiné de téléphone à la main...), un OVNI cinématographique certes un peu déroutant, mais incroyablement captivant. Un film que les uns adorerons et que les autres dénigreront ; car il faut avouer que le résultat est assez étrange. L'univers décrit m'a d'ailleurs rappeler par moment celui de Michel Gondry (Eternal Sunshine of the Spotless Mind, La Science des rêves) ; après,  on aime ou pas. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'un film bougrement intéressant d'un réalisateur qui l'est tout autant. De Boogie nights au génial Magnolia, en passant par ce dernier film, celui-ci ne cesse décidément pas de nous surprendre...


Films de Paul Thomas Anderson chroniqués ici : Punch-drunk love : ivre d'amour, There will be blood


Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Wilyrah 26/06/2008 20:23

Ce film m'a ennuyé tellement il sonne creux. Pire, il m'a agacé par sa complaisance et son espèce de délire autiste qui révèle toute la prétention de Anderson. Pas vraiment mon cinéma préféré...

dominique 14/02/2008 09:40

J'ai vu ce film à sa sortie ; il m'a laissé une bonne impression même si je ne me souviens pas des sketches dans le détail. C'est une bonne idée d'en parler. Il n'a pas eu le succès qu'il méritait.

dilbert 24/01/2008 23:20

En voilà, un flim que j'aime. Non seulement le réal dont j'admire l'oeuvre complète mais aussi l'ambiance. Une ambiance particulière, singulière. Un marshmallow au coin du feu, un nounours en chocolat savoureux à souhait. Tout ça pour dire que c'est une comédie romantique comme on en voit peu.

SysTooL 23/01/2008 10:37

PT Anderson fait partie des jeunes réalisateurs que je respecte à 100%! Boogie Nights et Magnolia font partie des tout meilleurs films de ces dix dernières années (le premier date de 1997, je crois... alors disons des 11 dernières années) et PUNCH DRUNK LOVE est magnifique également! J'attends avec impatience la nouvelle livraison qui, parait-il, est tout aussi grandiose!

SysTooL

Thib 20/01/2008 15:15

Très bon article. J'ai trouvé ce film merveilleux, une histoire d'amour très jolie en total décalage avec ce que l'on a l'habitude de voir dans ce genre. Réalisation originale. Du grand art. En plus, on découvre qu'Adam Sandler peut être un grand comédien, E.WATSON est quand à elle parfaite. Thib.