Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Babysitting

BabysittingRéalisé par Philippe Lacheau & Nicolas Benamou, sorti le 16 avril 2014
                
Avec Philippe Lacheau, Alice David, Vincent Desagnat, Tarek Boudali, Julien Arutti, Gérard Jugnot, Clotilde Coureau, Enzo Tomasini  ...

"Faute de baby-sitter pour le week-end, Marc Schaudel (Gérard Jugnot) confie son fils Remy (Enzo Tomasini) à Franck (Philippe Lacheau), son employé, "un type sérieux" selon lui. Sauf que Franck a 30 ans ce soir et que Rémy est un sale gosse capricieux. Au petit matin, Marc et sa femme Claire (Clotilde Coureau) sont réveillés par un appel de la police. Rémy et Franck ont disparu ! Au milieu de leur maison saccagée, la police a retrouvé une caméra. Marc et Claire découvrent hallucinés les images tournées pendant la soirée..."




Mon avis
(excellent) :
  


 

La comédie française a toujours été populaire dans notre pays ; l'année 2013 n'a d'ailleurs pas dérogé à la règne (plus d'une dizaine de films ont ainsi franchi le million d'entrées ; Les Profs, Les Garçons et Guillaume, à table !, 9 mois ferme, ou encore Boule & Bill, ayant même dépassé les deux millions de spectateurs). Néanmoins, si les spectateurs continuent d'être attaché au genre, l'originalité est rarement au rendez-vous et, bien souvent, les comédies françaises n'ont de comique que le nom. Situations convenues, gags éculés, jeux de mots ringards, pseudo humoristes au talent d'acteur plus qu'approximatif, castings interchangeables (avec la très désagréable impression de toujours voir les mêmes tronches), réalisations à peine digne d'un téléfilm TF1 du lundi soir... Affirmer que le genre peine à se renouveler en France tient du doux euphémisme. De nos jours, aller voir une comédie française sur grand écran, c'est d'ailleurs bien souvent faire preuve d'une terrible inconscience ou d'un incroyable masochisme. Et pourtant, de temps en temps, il arrive qu'une petite comédie que personne n'avait vu venir, ne reposant sur aucune grosse tête d'affiche habituelle, et se démarquant surtout par la pertinence de son traitement, fasse mouche. On se rappelle ainsi des bonnes surprises que furent Les Beaux gosses, Radiostars, ou encore Les Kaïra. Soit autant de films (vraiment) drôles qui ne reposaient pas seulement sur un concept fumeux ringard – dont Fabien Onteniente est certes le plus "fameux" représentant, mais malheureusement pas le seul (le point de rupture ayant sans doute été atteint avec l'affligeant Cinéman) – et des comédiens en roue libre, mais s'appuyaient plutôt sur un véritable travail d'écriture, des dialogues percutants qui font mouche et des acteurs impliqués.

 

Derrière ses airs de Projet X "à la française", Babysitting se révèle donc être la très bonne surprise comique de ce début d'année. Car si le premier film de Philippe Lacheau et Nicolas Benamou rappelle certes celui de Nima Nourizadeh (une fête improvisée qui dégénère et dont la mise en images se fait via le procédé du found-footage), ainsi que la succès planétaire Very Bad Trip (avec comme principal moteur comique ce décalage entre les conséquences d'une soirée "un peu trop" arrosée et la découverte progressive des causes), il n'en demeure pas moins une véritable bombe d'humour et d'inventivité. Invitant le spectateur à adopter le point de vue des "victimes" de ce déluge (les propriétaires de la sompteuse baraque ayant subi les outrages d'une bande de jeunes excités), Babysitting n'aura donc de cesse que d'alterner entre les réactions à chaud de ces derniers (avec une dose de commentaires savoureux – et toujours irrésistiblement déplacés – du flic incarné par un Philippe Duquesne en très grande forme) et les évènements inimaginables s'étant déroulés la veille. La pertinence de ce mode de narration évite non-seulement la lassitude bien souvent provoquée par une utilisation abusive et inadéquate du found-footage (avec cette accumulation de passages invraisemblablement filmés par les personnages en guise de remplissage), mais démontre surtout que les auteurs en ont parfaitement assimilé les rouages. Représentant finalement moins de la moitié du long-métrage, les séquences "enregistrées" ne sont donc pas qu'un vulgaire argument marketing gratuit, mais sont au contraire utilisées avec une rare intelligence. Grâce à un montage judicieux, Babysitting préserve toute l'efficacité des passages loufoques ainsi illustrés qui n'en paraissent que délicieusement plus surréalistes encore.

 

Babysitting
  "Mais qu'est-ce qu'on a fait, ô bon dieu !?".

 

Philippe Lacheau a visiblement beaucoup appris de son passage à la télévision, où il a fait ses premières armes avec son groupe de potes (la fameuse Bande à Fifi), d'abord sur Canal + avec "l'anniversaire du jour", puis sur W9 avec le programme "Chut, chut, chut"). Cet apprentissage des "conditions du direct" se ressent clairement dans ce film où l'impression de spontanéïté est primordiale pour ne pas que l'ensemble sonne faux. Une expérience que connaît aussi Nicolas Benamou avec lequel Philippe Lacheau a déjà travaillé à l'occasion de la sympathique comédie Parïs à tout prix de Rheem Kherici (l'un participant au scénario et à la distribution, tandis que l'autre fila un coup de main à la mise en scène) puisqu'il fut le complice de Michaël Youn à l'époque du Morning Live (réalisant bon nombre de sketchs et happenings plus ou moins "improvisés"), avant de participer à la réalisation Fatal ou encore à celle du premier film de Fabien Gastabide, Les Kaïra. Habitués à amuser la génération 2.0, les deux compères font d'ailleurs régulièrement référence à certaines icônes modernes (l'amusant clin d'œil complice à Gollum que les plus anciens ont du mal à situer). Ayant toutefois le bon goût de ne jamais chercher à vainement reproduire la démesure abracadabrantesque des bulldozers américains du genre, les deux compères s'illustrent donc par une réelle inventivité comique aboutissant à une série de gags particulièrement drôles et ingénieux (qu'il s'agisse d'une savoureuse référence à Pixar, d'une partie de danse brésilienne effrénée, d'une escapade nocture en forêt totalement surréaliste, ou encore de la transposition live d'un jeu-vidéo culte tout aussi irrésistible que le détournement de Street Figher dans l'hilarant Niki Larson de Jackie Chan).

Derrière ses airs de comédie générationnelle, Babysitting n'est néanmoins pas qu'un vulgaire "film de jeunes" que viendra ringardiser la prochaine sensation à la mode. Rappelant l'esprit de camaraderie du très sympathique Quatre garçons plein d'avenir de Jean-Paul Lilienfeld, le long-métrage de Philippe Lacheau et Nicolas Benamou propose une galerie de personnages principaux hyper attachants qu'il s'agisse de la relation que le héros lie avec le jeune Enzo Tomasini ou encore de sa bromance aussi amusante que touchante avec le personnage incarné par l'impeccable Tarek Boudali à laquelle vient se greffer une pléiade de seconds rôles absolument irrésistibles de Philippe Duquesne à David Salles, en passant par Charlotte Gabris ou encore le duo impayable du Palmashow (David Marsais et Grégoire Ludig). Bien entendu, les plus grincheux pourront toujours reprocher au film quelques légères faiblesses d'écriture (même si les "temps morts" sont tout de même assez rares) et un côté un peu trop "gentillet" par moment (le happy-end est certes un brin facile et naïf), mais il n'empêche que Babysitting demeure une véritable réussite du genre. Déjà parce que les acteurs sont dans l'ensemble très bons (Vincent Desagnat livrant comme à son habitude une prestation absolument désopilante), parce que les réalisateurs ne traitent jamais leurs personnages avec cynisme (faisant au contraire preuve d'une belle tendresse à leur égard) et, surtout, parce qu'il permet de rire de bon cœur pendant près d'une heure trente. Ce qui devrait évidemment être l'objectif minimal de toute bonne comédie digne de ce nom, mais qui est quand même il faut bien l'avouer assez rarement le cas.

 

 

Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nanny Services in Atlanta 29/04/2017 11:00

You fully match our expectation and the selection of our data.

Mr Vladdy 24/05/2014 12:03


Une excellente comédie très plaisante et efficace. Souvent comparé à "Projet X" (écrit après pourtant), j'ai quand même une très grosse préférence pour ce film qui lui à su retenir mon attention
jusqu'au bout tandis que son homologue américain avait tendance à un peu me perdre. Une belle surprise :-)