Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

MPD Psycho

MDP Psycho  MDP Psycho  MDP Psycho  MDP Psycho  MDP Psycho  MDP Psycho

MPD Psycho de Eiji Otsuka et Sho-u Tajima. (Pika Édition - 12 volumes, édition en cours)

"Le personnage principal est un détective souffrant du trouble de la personnalité multiple - d'où le titre, MPD pour "Multiple Personnality Disorder", mais aussi "Metropolitan Police Department". L'histoire commence lorsque Yôsuke Kobayashi, jeune et brillant "profiler" de la police est envoyé sur les lieux du meurtre de la victime d'un serial-killer. Le meurtrier, reconnait alors Yôsuke, comme quelqu'un de la même trempe que lui. Ce même meurtrier lui livre alors le corps démembré, mais maintenu en vie dans une glacière, de sa petite amie. Yôsuke parvient à rattraper l'assassin. À ce moment s'opère un changement de personnalité. Yôsuke disparait, remplacé l'espace de quelques instants par Shinji Nishizono, qui tue froidement le serial-killer. Mais Shinji disparait à son tour aussi rapidement qu'il était apparut, et une troisième personnalité fait surface, Amamiya Kazuhiko. Amamiya est donc emprisonné pour le meurtre de Shimazu, le serial-killer. Il n'a pourtant aucun souvenir précédant son arrestation. Il est né après que Shinji ait tué Shimazu. En prison, Amamiya, qui n'a pas perdu les facultés de profiling de Yôsuke, aide la police à établir le profil psychologique des criminels. Libéré quelques années plus tard, Amamiya est recruté par Machi Isono, une jeune inspectrice qui vient de quitter la police pour créer son agence privée. Ensemble, et avec l'aide de l'inspecteur général de la police, Sasayama, Amamiya et Machi résolvent les pires crimes, mais un épais mystère plane autour des criminels. IMais qui est donc ce personnage aux multiples identités, et que signifie ce mystérieux code-barres imprimé sur l’un de ses yeux et que l’on retrouve aussi chez d’autres criminels ?"


En tant que grand amateur de thriller, particulièrement lorsqu'il est question de tueur en série, il est assez logique que ce manga est attiré mon attention. D'autant que celui-ci est précédé d'une réputation extrêmement flatteuse qui tendrait presque à en faire un classique de la trempe de la série américaine Dexter. Pourtant, après la lecture de l'unique premier tome, je ne comprends vraiment l'engouement phénoménal que ce titre a généré. En effet, alors que des mangas comme Gantz ou Battle Royale sont quasi-systématiquement critiqués ici ou là (pour leur violence outrancière notamment), ce manga a été encensé de manière incroyable. Et je ne comprends pas, mais alors vraiment pas, pourquoi ? Car de violence outrancière, il n'en manque vraiment pas ici et c'est peu dire que le sang coule à flot à travers les enquête me­nées par Yô­suke/Shinji/Amamiya et Machi. Décapitations, démembrements et autres éviscérations devraient effectivement combler les amateurs de gore explicite et bien crade ; chaque tueur semblant de surcroît être encore plus pervers, sadique et monstrueux que le précédent. Sans oublier, le fan-service (comprenez des nanas courtement vétues, voire totalement dénudées, pour les profanes) à profusion, élément quasi-indispensable de ce type de production semblerait-il...

Dès les premières pages, j'ai tout de suite été gêné par l'aspect froid et sans vie (sans mauvais jeu de mots ^^) des dessins de MPD Psycho. Gantz dégageait déjà une impression similaire il est vrai (du fait qu'il est totalement dessiné par ordinateur notamment), mais je trouvais néanmoins le trait de Hiroya Oku nettement moins austère que celui de Sho-u Tajima. Je ne prétends pas pour autant que les dessins sont moches. Disons seulement que je n'ai absolument pas été touché et que cet étalage de violence n'a finalement eu que peu d'impact sur moi (n'y croyant pas une seule seconde). Pire, j'ai trouvé que le très grand sérieux qui régit  l'ensemble était d'un pathétique absolu. Et ce, sans qu'aucun soupçon de second degré ne vienne jamais désamorcer la gravité du récit et faire passer la très indigeste pilule.Car autant j'admets volontiers que Gantz ou encore Battle Royale (que j'ai lu à peu près à la même époque) aient de (nombreux) défauts,  autant je les ai trouvé néanmoins suffisamment divertissants (y compris via leurs défauts) et joyeusement jubilatoires (leurs auteurs respectifs adoptant un ton agréablement plus décalé) pour les poursuivre.

http://www.ponpokopon.net/mpd3.jpg

À l'inverse, j'ai trouvé le résultat totalement dénué âme, doté d'un scénario incompréhensible et mal maîtrisé (les multiples personnalités du héros s'enchevêtrent sans que celui-ci ne parvienne à dégager le moindre soupçon de charisme), avec des approximations et autres raccourcis pseudo-scientifiques douteux (je n'y connais pourtant pas grand chose !), et – plus grave encore(sans ça, je crois que ça passerait encore) –   d'une incroyable prétention ! Quoique, à bien y réfléchir, de l'humour, il y en a un peu tout de même ! Je ne sais pas si c'est fait exprès, mais la scène avec les plantes qui poussent dans les cerveaux (imaginez un le tableau...) m'a effectivement fait hurler de rire (même si je ne suis pas franchement certain que c'était l'effet recherché...) ! Enfin, ce n'est pas trop l'orientation sérieuse du manga qui dérange. Dans le genre, Eden de Hiroki Endo a par exemple démontré qu'il était tout à fait possible de traiter le gore sérieusement. Non, c'est davantage la façon plutôt maladroite et assez pompeuse avec laquelle MPD Psycho semble se prendre au sérieux qui m'a posé un problème (les exquises touches d'humour involontaires n'aidant pas il est vrai) et a rendu la lecture de ce premier tome extrêmement pénible.

De fait, et alors que je laisse toujours le bénéfice du doute à un manga sur ses trois premiers tomes, j'ai préféré en arrêter la lecture illico (je veux bien me faire arnaquer une fois, mais pas deux !). Tant mieux si certains y ont trouvé leur compte mais, pour ma part, disons que ma déception a été à la hauteur de mon attente pour ce titre. Toutefois, même si MPD Psycho m'a terriblement déçu, je serai très curieux de découvrir la version télévisée que Takashi Miike a réalisé ; le cinéaste possédant un univers se prétant bien au sujet et une capacité d'adaptation qui pourrait grandement accroître mon intérêt pour cette œuvre.


Pour découvrir d'autres lectures traitées ici : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article