Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 00:00
undefinedRéalisé par Tim Burton, sorti le 23 janvier 2008
Titre original : Sweeney Todd, the demon barber of Fleet Street

Avec Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Alan Rickman, Timothy Spall, Ed Sanders, Jamie Campbell Bower, Jayne Wisener, Laura Michelle Kelly, Sacha Baron Cohen ...

"Après avoir croupi pendant quinze ans dans une prison australienne, Benjamin Barker (Johnny Depp) s'évade et regagne Londres avec une seule idée en tête : se venger de l'infâme Juge Turpin (Alan Rickman) qui le condamna pour lui ravir sa femme, Lucy (Laura Michelle Kelly), et son bébé, Johanna. Adoptant le nom de Sweeney Todd, il reprend possession de son échoppe de barbier, située au-dessus de la pâtisserie de Mme Nellie Lovett (Helena Bonham Carter). Celle-ci l'informe que Lucy se donna la mort après avoir été violée par Turpin. Lorsque son flamboyant rival Adolfo Pirelli (Sacha Baron Cohen) menace de le démasquer, Sweeney est contraint de l'égorger. L'astucieuse Mme Lovett vole à son secours : pour le débarrasser de l'encombrant cadavre, elle lui propose d'en faire de la chair à pâté, ce qui relancera du même coup ses propres affaires... Sweeney découvre que Turpin a maintenant des visées sur Johanna (Jayne Wisener), qu'il séquestre avec la complicité de son âme damnée, le Bailli Bamford (Timothy Spall). L'adolescente a attiré les regards d'un jeune marin, Anthony Hole (Jamie Campbell Bower), celui-là même qui avait sauvé Sweeney lors de son évasion. Amoureux fou de la jeune innocente, Anthony se promet de l'épouser après l'avoir arrachée à Turpin. Pendant ce temps, le quartier de Fleet Street s'est entiché des "tartes" très spéciales de Mme Lovett, et celle-ci se prend à rêver d'une nouvelle vie, respectable et bourgeoise, avec Sweeney pour époux et Toby (Ed Sanders), l'ancien assistant de Pirelli, comme fils adoptif. Mais Sweeney est bien décidé à mener à terme sa vengeance, quel qu'en soit le coût..."




Mon avis :  http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif




Sweeney Todd, c'est avant tout une effroyable histoire vraie s'étant déroulé à Paris, bien que certains historiens en discutent encore les détails. En effet, nous sommes au XIVe siècle (entre 1310 et 1387, les avis varient assez à ce sujet), rue des Marmousets dans le 4e arrondissement de la capitale, un pâtissier y tient un commerce florissant qui doit sa réputation à, dit-on alors, l'excellence de ses pâtés en croûte, à la chair si tendre et délicate. Attenant à sa boutique se trouve celle d'un barbier. Les affaires auraient pu continuer à prospérer longtemps encore si un chien n'avait pas éveillé les soupçons en hurlant à la mort des jours et des nuits devant l'échoppe du barbier, voisine de celle du pâtissier donc. Son maître, un étudiant allemand, avait subitement disparu. Les policiers, flairant une drôle d'affaire, font un soir irruption chez le barbier et y découvrent un cadavre saigné de près par celui-ci, à défaut d'être rasé. En effet, l'indélicat avait pris l'habitude de, parfois, tuer l'un de ses clients et de faire basculer le corps du malheureux, via une trappe dissimulée, directement dans sa cave ; cave qui communiquait avec celle du pâtissier qui le découpait alors et le hachait menu pour en farcir ses pâtés si délicieux. Et comme au Moyen-Âge les maisons des assassins étaients rasées pour mieux conjurer leurs crimes (y compris celles des barbiers et pâtissiers sans scrupule), les boutiques ne firent pas long feu et la rue des Marmousets fut également passé à la trappe, et rebaptisée "rue de l'Hôtel-Dieu".

L'histoire devint une légende, la légende une rumeur, la rumeur une fable. Le temps passa et Alexandre Dumas fit paraître en 1844 un roman qui sans aucun rapport avec l'histoire précédemment relatée. Il y est question d'un certain Edmond Dantès qui était un marin employé sur le batean Le Pharaon au début du règne de Louis XVIII. Accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans le Château d'If, sur l'île du même nom, au large de Marseille, il réussit à s'échapper, après quatorze années, et s'empara du trésor de l'île de Monte-Cristo ; dont l'emplacement lui a été révélé par un compagnon de captivité, l'abbé Faria. Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de "Comte de Monte-Cristo", de se venger de ceux qui l'ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s'élever dans la société.

Concernant Sweeney Todd à  proprement parlé, Thomas Peckett lui a donné corps en 1846 - puisant dans cette vieille histoire, Alexandre Dumas et le folklore anglais (l'ombre de "Jack l'éventreur" n'étant effectivement pas loin) - avec sa nouvelle The String of Pearls : A romance. Un an plus tard, le récit était adapté au théâtre sous le titre Sweeney Todd, the demon barber of Fleet Street. L'histoire a ensuite connu quelques variations. En 1973, l’une d’elle, écrite par l'auteur britannique Christopher Bond, introduit le personnage du juge Turpin et l’idée de vengeance. C'est cette version qui sera transposée sous forme de comédie musicale par Stephen Sondheim en 1979. Le spectacle musical, qui met en scène Len Cariou et Angela Lansbury dans les rôles principaux, connaîtra un immense succès à Broadway. Bien des années après, c'est cette version que Tim Burton choisira d'adapter au cinéma. Pour son film, il a décidé de conserver la partition initiale de Stepehn Sondheim plutôt que d’avoir recours à Danny Elfman, son compositeur fétiche. La musique, réduite pour les besoins du film, a été enregistrée en studio avant le tournage et les acteurs - qui, à l’exception de Laura Michelle Kelly, chantent tous ici pour la première fois - jouent donc en playback.

Et maintenant, que le spectacle commence !

http://img152.imageshack.us/img152/7116/depp460hh4.jpg
Johnny Depp et le rouge (sang), mais pourquoi est-il aussi méchant ?


Tim Burton et Johnny Depp, le duo gagnant qui fait mouche à chaque fois. Après Edward aux mains d'argent, Ed Wood, Sleepy Hollow, Les noces funèbres ou encore Charlie et la chocolaterie, Sweeney Todd (pour faire - coupé - court) marque donc la sixième collaboration entre les deux compères. Alors forcèment, c'est avec une impatience non-dissimulée par un état de fébrilité certain que je suis allé apprécier la dernière folie de ce réalisateur de génie. Et pourtant, le côté "comédie musicale" a généralement plutôt tendance à me faire fuir (seul Moulin Rouge ayant trouvé grâcce à mes yeux par son originalité et son ambiance si particulière). Cela dit, Tim Burton nous a doucement fait comprendre qu'il affectionnait le genre, à condition d'y ajouter la touche "macabre" qui s'impose. De L'étrange Noël de Mr. Jack (qui ne réalise pas, mais dont il est à l'origine) à Charlie et la chocolaterie, en passant par Les noces funèbres, on a effectivement pu détecter les prémisses du spectacle musical et filmé des aventures du diabolique barbier de Fleet Street. Malgré tout, et surtout malgré le fait que le genre colle particulièrement bien à l’univers et à la narration cinématographique de Tim Burton, j'avoue que c'est précisément cet aspect musical qui m'a laissé un sentiment partagé. Bien que réussi, le chant des sirènes du film ne m'a donc pas autant séduit que je l'aurai pensé.

Dans un univers très burtonien donc où le lyrisme et la poésie côtoient le gothisme et le macabre, Johnny Depp campe ici un barbier à la vengence irrépressible - sorte d'antithèse d'Edward aux mains d'argent - et revient donc à ses premières amours : la musique. En effet, il faut savoir qu'il fut dans sa jeunesse membre d'un groupe dénommé The Flame, qui devint The Kids, et fit la première partie de la tournée de, excusez du peu, Iggy Pop. Bien entendu, et comme à son habitude, il est absolument parfait dans ce rôle. Dans sa folle quête, il est secondé par une Helena Bonham Carter (son pendant féminin burtonien dont il s'agit ici de la cinquième collaboration avec son mari Tim) savoureuse à souhait. Pleine d'un amour passionné qu'elle ne sait gérer, celle-ci apporte une touche d'ironisme plus qu'appréciable. À ce duo magique se greffe surtout un autre duo tout aussi génial de salopards, Alan Rickman (en pourriture classieuse) et Timothy Spall (en pourriture crasseuse). Vient ensuite une courte, mais exquise, prestation de Sacha Baron Cohen (bien plus drôle ici en un quart d'heure qu'en une heure trente de Borat...). Le reste du casting est plus anedoctique, tout comme cette love story qui se greffe entre la jeune Johanna (Jayne Wisener) et le naïf Anthony (Jamie Campbell Bower). Tim Burton semble d'ailleurs ici avoir bien du mal à respecter l'œuvre original et à se coltiner ses personnages neu-neu par trop encombrants (l'un avec sa ritournelle gnan-gnan et l'autre avec sa voix fluette crispante) ; les passages les concernant sont d'ailleurs les moins passionnants d'un film flamboyant de noirceur pour le reste.

Car noir, le film l'est assurément. Noir d'abord par son traitement si particulier qui donne un air blafard à des personnages paradoxalement éclatants (avec un impression de quasi noir & blanc sur certaines scènes où juste le rouge prédomine, un peu la manière de Sin City). Et si certains passages sont plus "colorés", c'est uniquement parce qu'ils représentent l'espoir d'un bonheur chimérique ; impression renforcée par le côté désespérement livide du teint de Mister T. et de Miss Lovett dans ces rares instants de rêverie. Noir surtout par le désespoir qui s'en dégage. Tous les personnages décrits ici ont une part d'ombre conséquente, et il n'y a dans ce Londres d'une noirceur gothique aucun réel "gentil" ; l'avide Bailli (Timothy Spall) et le cruel juge incestueux (Alan Rickman) autant une incarnation plus puante encore que ce couple meurtrier du barbier et de la pâtissière. Ce qui sert justement à Sweeney Todd de prétexte facile pour justifier son injustifiable folie meurtrière. Ah si, il demeure une exception. Le couple de jeunes tourtereaux semble effectivement encore innocent, mais tout le monde s'en fout de toute façon ; y compris Burton qui ne s'embêtera même pas (avec raison) à narrer la conclusion de leur histoire. Quant au jeune Toby (incarné par un bondissant et sympathique Ed Sanders), il connaîtra lui aussi des heures bien sombres...

Pour contrebalancer cette atmosphère probablement lourde autrement, les dialogues du film sont donc chantés. Ce qui donne un décalage fantaisiste avec le propos du film et apporte une dose d'ironie macabre bien souvent appréciable. Pourtant, le noir et le rouge du film lui apportent tout son attrait. Sans cela, le film narrerait une banale histoire de vengeance sans grand intérêt. D'ailleurs, la scène de fin, désespérée et magnifiquement mise en image, marque l'apogée de cette fable sanguinaire. Mais alors, de quoi je me plains ? Et bien, en fait, mon aversion pour le genre (celui de la comédie musicale) a fini par reprendre le dessus et j'ai fini par regretter, un peu seulement (faut pas déconner quand même), que les chansons prennent autant de place. Je ne sais pas ce qu'aurait donné le film s'il avait été expurgé de cet aspect - il aurait sans doute été plus noir encore (aux limites de l'insoutenable peut-être) - mais j'avoue que je me serais volontiers passé de quelques passages un peu trop longuets à mon goût (oui, je parle encore de ces infâmes jouvanceaux transis d'amour). Après, le film est effectivement très sanguinolant (sûrement le plus "trash" de Tim Burton), mais ça passe vraiment bien grâce à la façon très stylisée dont tout cela est montré à l'écran.

Au final, c'est quand même vachement bien ; Tim Burton et son casting léché nous embarquant avec beaucoup de plaisir dans ce spectacle où Johnny Depp et Helena Bonham Carter rayonnent de manière diaboliquement envoûtante.


Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tinalakiller 23/11/2008 19:49

j'ai adoré ce film et je trouve que c'est l'un des meilleurs de Burton... Par contre il faut clouer le bec au gars et à la fille parce que le "I feeeeeeeeeeeeeeeel you Joooooohaaaaaaaaaaaaaaaana" ca m'a tué !!

Shin 23/11/2008 19:54



Bonsoir Tina,





Je vois que tu es train de faire le tour du propriétaire... J'espère que la visite te plait !?





Concernant Sweeney Todd, il est vrai que hormis l'amourette gnian-gnian entre les deux tourtereaux, le film est une franche réussite !





Amicalement,





Shin.



Ys 21/08/2008 19:07

C'est une pluie de Smileys que mérite ce film, qui à mon avis est LE film, celui dans lequel tout est parfait, à sa place, sublime (bon sauf la blondasse qui joue la fille de Mr. T.) Je me gave de la BO car il faut attendre encore 6 jours avant la sortie en DVD... J'adore ce film (ah, tu avais compris...).

Shin 22/08/2008 19:16



Bonsoir Ys,

C'est un excellent en effet auquel il ne manque pas grand chose pour être parfait. Et bien sûr, c'est un achat indispensable !

Amicalement,

Shin.



Medigane 28/07/2008 15:34

J'aime bien ton site. Il est plein de critiques construites :)

Bon, j'aime décidément ce film. je dis ça parce que je suis d'accord avec tes compliments, mais je le suis moins avec tes réticences. Pourquoi ? Parce que j'aime cette histoire de tourtereaux !
Bon, je ne l'aime pas parce que je suis un inconditionnel de Danièle Steel et que j'aime les love story effreinées. Non, j'aime parce que pour moi, elle sert très bien l'histoire. Elle raffraîchit un film qui sans ça sera étouffant de noirceur, mais surtout c'est pour moi le récit le plus dramatique de l'histoire. Parce que ces jeunes gens ont tout pour être heureux. Mais qu'on y croit pas. Ce n'est que le début, et il est trop semblable aux débuts de Sweeney. L'histoire se répètera, d'une façon ou d'une autre. Ces deux là sont bien ensemble, mais elle sera peut-être trop belle, ou lui trop jaloux, peu importe : un drame viendra obscurcir cette histoire, c'est certain, et la gaité affichée n'en est pour moi que plus douloureuse. Comme dans Irreversible, où la cruauté du viol n'avait pour moi pas eue autant d'impact que les scènes qui suivent et où on découvre Monica Bellucci heureuse le matin même, ce qui ne fait que renforcer le drame qui va suivre.

...j'espère que j'étais pas trop embrouillé dans les explications et les parallèles foireux...

Sinon tu as soulevé un point intéressant que tu n'as pas du tout développé ! C'est vrai qu'il y a un grand parallèle à faire entre ce film et Edward aux mains d'argent. Ils sont réellement opposés !
Là où Mister T. est un homme d'apparence respectable, Edward est un monstre, et pourtant la boirceur de leur coeur sont inversées. De même le Londres ne fait qu'opposition à la banlieue luxuriante d'Edward tout comme la classe froideur qui habite les riches banlieusards contraste avec la bonhommie chaleureuse mais crasseuse des londonniens désespérés.

Shin 29/07/2008 08:49



Bonjour Medigane,

Pour ma part, l'amourette ne m'a vraiment pas botté et le fait que la jeune actrice ait une voix horripilante n'a pas aidé... M'enfin, c'est un détail car le reste du film est d'une très grande
qualité. Et pourtant, je ne suis pas fan des comédies musicales modernes !

Concernant le parallèle entre Sweeney Todd et Edward aux mains d'argent, effectivement j'aurai pu développer davantage. Les exemples que tu donnes auraient d'ailleurs été en partie
ceux que j'aurai utilisé, ou plutôt que je vais utiliser... Par le fait, ma chronique me paraissait déjà bien assez longue et j'avais prévu de parler de cet antagonisme entre les deux films dans
mon futur billet sur Edward aux mains d'argent pour tout te dire...

Amicalement,

Shin.




Franck C. 09/07/2008 00:47

Article très bien écrit, et bien argumenté.

Effectivement on a affaire là à une belle équipe de cinéma et un très bon film, mais comme toi, le genre comédie musicale me rebute un peu, ce qui a peu être atténué les louanges que j'aurais pu faire à un film de Burton...

Sinon, merci pour cette anecdote introductive. je me méfierais la prochaine fois que je me baladerais sur Paris (de toute façon je me rase jamais).

calliope 27/04/2008 20:18

shin, j'aime beaucoup ta manière d'argumenter. ^^
sinon à part ça tu m'as foutu la trouille maintenant que tu me dis que Sweeney todd est inspiré d'une histoire vraie O_o
bon sinon grosso modo j'ai penser un peu de la même chose que toi dans mon article sur le film.
a+

Shin 17/05/2008 16:19



re-Bonsoir Calliope,

Que de compliments, je vais finir mon week-end le visage pourpre si ça continue... ^__^

En tout cas, je m'en vais de ce pas lire l'article en question sur ton blog !

Amicalement,

Shin.



À propos du blog

LA SHINÉMATHÈQUE
  La Shinémathèque
« La connaissance s'accroît en la partageant.»

s :  CINEMA ACTUALITE MUSIQUE BLOG MANGA CINEMA / TV LA SHINEMATHEQUE
:
Bienvenue dans mon humble chez moi ! J'espère que le voyage nous plaira et vous donnera envie de revenir et, pourquoi pas de participer. Qu'il s'agisse de cinéma, de séries, de musique ou d'autres absurdités, je serai toujours ravi de lire vos avis ; qu'ils soient positifs... ou négatifs ! ;-)

Rechercher

La Pin-up du mois

  La Pin-Up du mois

 

         VOIR TOUTES LES PIN-UP   

Les Listes du Shinéphile

Dans le compteur

          Déjà

      visiteurs !

 

Actuellement, il y a curieux sur ce blog...