Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 23:00
Réalisé par Michel Gondry, sorti le 5 mars 2008
Titre original : Be kind, rewind


Avec Jack Black, Mos Def, Danny Glover, Mia Farrrow, Melonie Diaz ...

"Un homme (Jack Black) dont le cerveau devient magnétique efface involontairement toutes les cassettes du vidéoclub dans lequel l'un de ses amis travaille (Mos Def). Afin de satisfaire la demande de la plus fidèle cliente du vidéoclub, une vieille femme (Mia Farrow), les deux hommes décident de réaliser les remakes des films effacés parmi lesquels SOS Fantômes, Le Roi Lion et Robocop..."




Mon avis :) :) :) L'image “http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_bof.gif?t=1201078413” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif




Avant d'être l'auteur de films remarqués comme Human Nature, La science des rêves ou Eternal Sunshine of the Spotless Mind (qui reste à ce jour son meilleur long-métrage selon moi), le français Michel Gondry s'est illustré en réalisant une multitude de clips singulièrement inventifs. Il a ainsi collaboré avec les plus grands artistes internationaux comme Björk, Massive Attack, The White Stripes, The Chemicals Brothers, Radiohead, The Rolling Stones, Paul McCartney, Kylie Minogue , Beck ou encore The Foo Fighters. En France, ses collaborations avec IAM (Je danse le MIA), Daft Punk (Around the world) ou encore ses spots publicitaires (pour Levi's, Air France, Nike, ou bien Nespresso  "what else ?" avec le sexy George Clooney) ne sont pas passés inaperçus non plus.

Ces différentes réalisations dans l'audiovisuel ont permis de constater le caractère particulièrement imaginatif de cet artiste singulier ; ce que ses films, avec plus ou moins de réussite, ont confirmé sur grand écran. Avec Soyez sympas remobinez (franchement, il est craignos à mort ce titre francisé...), Michel Gondry ne perd en rien de sa créativité tout en réalisant un film bien plus facile d'accès pour le grand public qu'un Eternal Sunshine of the Spotless Mind (ce qui aurait donné en français "éclat éternel de l'esprit immaculé", on est donc bien content que le titre original ait été conservé...) ou une Science des rêves. Moins onirique, moins irréel, Soyez sympas rembobinez est en effet ancré dans une réalité bien plus concrète. En cela, il plaira plus aisément à ceux qui n'accrochaient jusque là pas avec le cinéma de Michel Gondry. Néanmoins, que les fans se rassurent. Car si Soyez sympas rembobinez ouvre enfin l'univers loufoque de ce grand gosse rêveur aux non-fans, son cinéma ne perd rien de sa singularité et son film demeure impregné tout le long de cette folie poétique qui est si cher au réalisateur.

Le concept de base, très intéressant en soi, de nous présenter les versions bricolées et fauchées de classiques du cinéma aurait pu être vite redondant s'il avait trop empiété sur la trame du film. Il n'en est heureusement rien. Les films "suédés" (en fait des remakes "amateurs" venant de Suède selon les protagonistes du film) ont certes la part belle à l'écran, mais sont disséminés avec minutie, parcimonie et intelligence par Michel Gondry. Hommage à la débrouillardise populaire et à la créativité artistique, il n'y a vraiment que les tournages de SOS Fantômes et Rush Hour 2 qui tiennent une place importante ; le reste des films "suédés" étant la plupart du temps survolés (qu'il s'agisse de Robocop, When we were kings, Le Roi Lion, Boyz'n the Hood, Miss Daisy et son chauffeur ou encore 2001, l'odyssée de l'espace). Évidemment plus savoureuses si on connait les films originaux, ces séquences s'avèrent toutefois amusantes (et parfois mêmes hilarantes) pour tous grâce à des trouvailles ingénieuses de Michel Gondry (la combine pour filmer de jour comme en pleine nuit ou les "manifestations spectrales" de  SOS Fantômes étant à mourir de rire !). C'est d'ailleurs dans ces esquis moments-là, où simplicité et sophistication se mêlent, que l'expérience de clippeur de Michel Gondry se ressent le plus. En guise de cerise sur le gâteau, l'interprétation déjantée de l'excellent Jack Black (aidé dans son office par un Mos Def excellent en Fats Weller, une fougueuse Melonie Diaz et une Mia Farrow aussi paumée qu'attendrissante) donne une énergie formidable à l'ensemble.

Au-delà de ce sympathique concept,
Soyez sympas remobinez surprend par les réflexions qu'il pose sur un cinéma d'auteur grandement menacé par les contraintes commerciales. La séquence où Danny Glover se "rencarde" sur son concurrent est assez emblématique de cette tendance. On y découvre une boutique aux vendeurs incultes ne proposant que des DVD, où la diversité est délaissé au profit de la quantité et où, fatalement, les plus anciennes créations (disponibles uniquement en VHS) n'existent pas. À l'instar d'une industrie  du cinématographique qui se standardise, le vidéo-club ne propose que les gros "hits" (action ou comédie) en délaissant les productions "mineures". Aux antipodes des valeurs de l'artisanal "Be Kind Rewind" dont le personnage de Danny Glover est le propriétaire, ces chaînes sont fortement emblématiques de cet univers cinématographique en pleine mutation (ou un support est chassé par un autre). La séquence où  l'art émanant d'illuminés inventifs est sacrifié aux intérêts commerciaux des puissants est un tacle brillant du réalisateur au cynisme des grands pontes d'Hollywood.

Parfois naïf sans être niais, le film de Michel Gondry touche le spectateur dans sa démarche de prôner un cinéma fait mains et, surtout, avec le
cœur. Soyez sympas remobinez est donc surtout une déclaration d'amour au septième art et aux gens qui le font vivre ; ceux qui s'unissent en coulisses pour concevoir les films, et aussi ceux qui se retrouvent devant l'écran pour partager cet art universel. La dernière scène du film (qui mobilisera touts les habitants du quartiers pour le tournage du film) illustre d'ailleurs avec beaucoup d'émotion cette notion d'art solidaire et collectif dont les fondamentaux sont le l'honnêteté, le rêve. et surtout le partage ; concept sublimé lors de la séquence de la projection miroir du film sur Fats Waller. Cette comédie chaleureuse et généreuse est tout à fait enrichie de son histoire simple qui tient la route. Michel Gondry est ainsi parfaitement fidèle à la vision qu'il défend. Au centre de son film : les gens du quartier. Et bien au-delà du concept, ce sont surtout des existences, des espérances, des talents que le cinéaste met en avant. La beauté de l'être humain lorsqu'il donne un sens à sa vie, sa force lorsqu'il rêve, sa richesse lorsqu'il partage. Le film est tout cela à la fois. En toute simplicité, sans prétention aucune, et avec beaucoup de candeur, Michel Gondry nous livre un film véritablement enthousiasmant qui (s'il ne m'a pas autant touché que le magnifique Eternal Sunshine of the Spotless Mind) s'avère un pur régal tant sur le fond que sur la forme.


Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tinalakiller 25/11/2008 18:26

je vais me renseigner...

Shin 25/11/2008 19:09



OK Tina,





J'attends de tes nouvelles alors...





Amicalement,





Shin.



tinalakiller 23/11/2008 21:40

d'après ce que j'ai compris, il y a 3 films suédés de 3 gars grace au concours de gondry

Shin 25/11/2008 18:09



Bonsoir Tina,





C'est déjà ça, mais c'est tout ? Il y a un tel potentiel avec un sujet pareil...





Amicalement,





Shin.



tinalakiller 23/11/2008 21:04

j'aime bcp ce film!!
j'aime le coté naif, simple, fait avec "le coeur" comme tu le dis !!
et puis y a quelques scènes très droles je trouve
dommage qu'on ne voit pas trop de suédage , il en manque un peu

Shin 23/11/2008 21:11



Salut Tina,





Peut-être que le DVD propose des bonus intéressants à ce niveau-là ? J'aimerai bien en tout cas...





Amicalement,



Shin.



Sith 19/05/2008 12:56

J'espère le voir en VO car la VF ne me tente pas pour un film si original

Cinéphile Amateur 18/05/2008 23:39

J'ai adoré ce film veritable hommage au septième art. Pas le commercial mais le septième art passionné :)

Merci pour tes coms lol J'ai vu que tu les avais ecris trois fois dont un ou tu m'as confondu avec kapoune ^^ J'étais en week end mais je les ai validés :) Sinon j'étais chez ma meilleure amie ce week end et j'ai vu que tu t'étais inscris sur 3615 femelle. A l'heure ou j'ecris, il debatte pour ton admission tu me diras si elles t'ont accepter toutes ces femmes :p

Shin 19/05/2008 09:00



Salut Vlad,

Effectivement, mon PC n'arrêtait pas de déconner et c'est pourquoi j'ai posté plusieurs fois le même message (j'espère quand même que tu n'en as gardé qu'un...^__^).
Sinon, pour 3615 femelle (si ma copine tombe là-dessus, elle va croire des choses à mon avis... ^__^), je vois que tu es au courant de tout ! Quoi qu'il en soit, ça discute pas mal mais
je crois qu'elles vont rester entre filles. Dommage...

Amicalement,

Shin.



À propos du blog

LA SHINÉMATHÈQUE
  La Shinémathèque
« La connaissance s'accroît en la partageant.»

s :  CINEMA ACTUALITE MUSIQUE BLOG MANGA CINEMA / TV LA SHINEMATHEQUE
:
Bienvenue dans mon humble chez moi ! J'espère que le voyage nous plaira et vous donnera envie de revenir et, pourquoi pas de participer. Qu'il s'agisse de cinéma, de séries, de musique ou d'autres absurdités, je serai toujours ravi de lire vos avis ; qu'ils soient positifs... ou négatifs ! ;-)

Rechercher

La Pin-up du mois

  La Pin-Up du mois

 

         VOIR TOUTES LES PIN-UP   

Les Listes du Shinéphile

Dans le compteur

          Déjà

      visiteurs !

 

Actuellement, il y a curieux sur ce blog...