Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Cannibal Holocaust

Réalisé par Ruggero Deodato, sorti le 22 avril 1981

 

Avec Robert Kerman, Francesca Ciardi, Perry Pirkanen, Luca Barbareschi, Salvatore Basile, Ricardo Fuentes, Gabriel Yorke ...

"Une équipe de journalistes composée de trois hommes et une femme se rend dans la jungle amazonienne afin à la recherche de vrais cannibales. Bientôt, la troupe ne donne plus aucun signe de vie. Le gouvernement américain décide alors d'envoyer une équipe de secours sur place. Celle-ci retrouve, grâce à une tribu amazonienne, les cassettes vidéos de la première équipe, qui renferme le terrible secret de leur disparition..."





Mon avis (nul) :  



Je pense que les gens qui ont osé voir ce film ne sont pas si nombreux et je m'en vais de ce pas convaincre les autres (ô combien chanceux) de s'abstenir de voir la plus grande arnaque de l'histoire cinématographique (j'exagère à peine). Interdit dans plus de 60 pays et censuré dans la majorité de ceux qui ont eu le courage (la folie ?) de le sortir, Cannibal Holocaust fut assorti d'une interdiction aux moins de 16 ans lors de sa sortie cinématographique française (censurée) qui s'étendra aux moins de 18 ans lors de sa récente édition DVD en version intégrale et inédite. Très légitimement, le film provoqua un énorme scandale à l'époque tant la violence qui s'en émane est réaliste. Le réalisateur dut d'ailleurs s'expliquer devant les tribunaux, démontrer que tout ceci était faux et prouver que les acteurs étaient toujours en vie en passant à la télévision avec eux. Pour l'anecdote, à la façon du Projet Blair Witch qui exploitera bien plus tard le même procédé de caméra embarquée, Ruggero Deodato avait laissé suggérer qu'il s'agissait d'un véritable témoignage filmé et les acteurs restèrent discrets lors de la sortie du film (pour précisément faire croire qu'ils n'en étaient pas et avaient effectivement péris). Ce qui c'est un peu retourné contre lui, mais a néanmoins fonctionné vu que le film a rapporté plusieurs centaines de millions de dollars dans le monde.

Bon, c'est bien joli tout ça, mais parlons du film maintenant. Considéré comme culte – pour une raison qui m'échappe complètement – par un bon nombre de cinéphiles, ce film est d'une médiocrité rare et d'une stupidité qui dépasse l'entendement. On peut éventuellement passer au réalisateur le jeu d'acteurs pitoyable (le premier rôle est tenu par un hardeur qui a plus d'une centaine de films  pornographiques à son actif, c'est dire le niveau), le scénario inintéressant, les dialogues affligeants
, la psychologie insignifiante, la dimension ethnologique inexistante, la caricature grossière des sociétés primitives (ça commence à faire pas mal), l'ennui mortel ressenti, les longueurs pesantes, la bande originale oscillant entre la musique d'ascenseur et le gimmick de film porno, l'exotisme de pacotille ou encore la mise en scène outrancière. J'ai trop l'habitude de me délecter devant des nanars et autres séries Z pour m'offusquer de ce genre de "détails". Mais alors le reste, tant sur le fond que sur la forme, est vraiment d'une connerie crasse et d'une telle pestilence que ça en devient carrément injustifiable et indéfendable.

Sur la forme, le film est difficilement supportable. Scène de viol à connotation pornographique douteuse, émasculation en gros plan, bébé arraché violemment du ventre de sa mère, femme empalée vivante sur un pieu vertical par où vous savez, longue séquence montrant un homme souffrir dans l'indifférence générale et autres amputations font partie des "joyeusetés" que le réalisateur réserve aux amateurs de gore bien saignant et de sensations fortes. Il ne nous épargne vraiment rien et, il faut le reconnaître, les maquillages et autres effets visuels sont d'un réalisme effroyable. À ce niveau-là, le film est vraiment efficace et file une sérieuse envie de vomir ses tripes. Ceux qui voulaient du trash vont véritablement être servis et risquent bien de vite regretter leurs penchants voyeuristes... Dans un sens, le réalisateur atteint son but. Mais le pire reste à venir puisque celui-ci n'hésitera pas à
exécuter de véritables animaux pour les "besoins" du film (histoire de faire plus réaliste je présume...). Dégueulasse, gerbant, inutile, vaseux et crétin. À quoi bon dépecer une tortue encore vivante et décapiter deux singes  la première prise ayant foirée... franchement ? Ruggero Deodato justifiera ce massacre d'espèces menacées par un simple "les quotas de chasse ont été respectés" d'un cynisme absolument abject.

Sur le fond, le film se cache derrière une pseudo-intellectualisation de la violence pour justifier son contenu. Grosso-modo, si j'ai bien saisi l'idée, R
uggero Deodato a réalisé un film fondamentalement violent pour dénoncer les dérives de notre société de consommation gourmande d'images racoleuses et abusivement sensationnelles. Il fustige ainsi le manque de déontologie des journalistes d'aujourd'hui, prêts à toutes les extrémités pour faire de l'audimat. Grotesque et d'une hypocrisie manifeste, le film de Deodato est l'incarnation même de cette dérive médiatique qu'il est censé critiquer. Cette production commerciale imbécile use et abuse en effet abondamment de toutes les ficelles du voyeurisme barbare le plus affligeant et du sensationnalisme gore le plus immonde, où l'inutile se mêle à l'abject, et démontre surtout  l'absence totale de talent et l'incapacité maximale à produire une œuvre un tant soit peu subtile de son réalisateur.  N'est pas Stanley Kubrick qui veut ; qui avait su en son temps être intelligemment plus subversif avec son désuet, mais autrement plus intelligent, Orange Mécanique. En poussant à un tel niveau de surenchère la violence excessive de son film dans un but financier si évident, il perd tout crédit. La mise en route cette année d'une suite qu'il réalisera lui-même ne fait que confirmer cette démarche essentiellement mercantile que Rugerero Deodato aura encore plus de mal à nier cette fois-ci...

Plus ça va et plus je suis enclin à penser qu'il faut être soit mentalement déficient, soit totalement immature ou alors irrémédiablement pervers pour apprécier une déjection cinématographique aussi honteuse et méprisable. Cela dit, August Underground's Mordum se payera le luxe d'être encore plus racoleur et putassier  ce qui est très balèze, dans un sens avec ses relents de porno déviant. Bon, le film a pour lui de ne pas avoir sacrifié de véritables animaux, mais il est tellement mauvais (et encore plus mal filmé) que je ne m'abaisserai vraiment pas à le voir en entier, ni à en faire la critique (ce qu'on m'en a dit me suffit). D'ailleurs, j'ai tenu à peine quinze minutes tellement c'était gerbant visuellement... et surtout de connerie. C'était peut-être le but après tout ?


Pour voir la bande-annonce du film : cliquez-ici   —  Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mila 07/02/2013 17:08


Ah bah tiens, cela fait plaisir!  Hier soir j'ai lancé ce film pour la quatrième fois -les trois premières fois, au bout de dix minutes j'avais laissé tomber...mais je voulais vraiment voir
ce que ce film avait de si spécial- et ... eh bien... pour être honnête je me suis surtout beaucoup ennuyée. Les images gores sont très réalistes et je comprends qu'elles choquent, bien entendu,
mais le film était terriblement mauvais si bien que je me suis en quelque sorte complètement déconnectée. Bref, c'était un très mauvais film à mes yeux. Merci pour l'article^^

Shin 26/03/2013 18:01



Mais de rien. Je sais que ce film est considéré comme totalement "culte" pour bon nombre de spectateurs... Mais, pour ma part, j'ai trouvé ce truc totalement imbuvable et dénué de tout
intérêt ! Clairement l'un de plus mauvais films que j'ai pu voir !!



RobbyMovies 20/09/2008 11:21

"Cette production commerciale imbécile use et abuse en effet abondamment de toutes les ficelles du voyeurisme barbare le plus affligeant et du sensationnalisme gore le plus immonde, où l'inutlie se mêle à l'abject, et démontre surtout l'absence totale de talent et l'incapacité maximale à produire une œuvre un tant soit peu subtile de son réalisateur."

Merci, merci, merci merci !
Je n'ai jamais lu si parfait résumé de cette chose censée être culte.

Shin 20/09/2008 13:49



Bonjour RobbyMovies,

Je n'ai jamais compris l'intérêt de ce film et, surtout, le culte que certains cinéphiles lui voue...

Amicalement,

Shin.



eelsoliver 06/09/2008 00:11

Et bien, je tiens à exprimer ton désaccord concernant la critique de Cannibal Holocaust!
Oui, on peut se demander quelles sont les intentions du réalisateur Déodato, tant ce film est extrême!
Mais il signe là un principe qui sera maintes fois repris au cinéma: la caméra vidéo comme un dernier témoignage du vivant ou plutôt de la mort de protagonistes!
Je pense à Blair Witch, c'est arrivé près de chez vous, Cloverfield, diary of the dead...
bref, un film essentiel tant il marque les esprits. Toutefois, et là, je te rejoins, vu la violence du film, on peut se demander où le réalisateur veut en venir!
Mais a t-il besoin de la justifier? Deplus, il me semble que le film porte un regard peu reluisant sur l'attitude colonialiste européenne.
Bien sûr, cela reste mon avis. je peux admettre que ce film ait un côté très pervers.
Mais justement, c'est ce qui en fait un film dérangeant et obscur!
Amitiés. Olivier

Shin 22/09/2008 19:30



Bonsoir eelsoliver,

Le problème c'est que, contrairement à Cannibal Holocaust, C'est arrivé près de chez vous, Cloverfield, Diary of the Dead ou encore Le projet Blair Witch sont
des bons films. J'entends par là que, au-delà d'un éventuel message véhiculé, ils bénéficient tout de même d'une mise en scène soignée et d'acteurs dignes de ce nom. Ce qui n'est pas le cas du
film de Deodato je trouve, et encore moins des autres films qu'il a réalisé...

Vraiment, outre la qualité de ces effets visuels, je trouve que ce film n'a strictement aucun intérêt. Bien sûr, c'est avis n'engage que moi ! ^__^

Amicalement,

Shin.



kit jackson 10/07/2008 10:25

he he, je te reponds ici comme ca ca fait un genre de ping pong du web... fendard...

Donc voici, a ta reponse sur cannibal holocaust, une reponse a ta reponse (ouh la... )

"D'autres metteurs en scène ont bien mieux réussi selon moi à dresser une critique intelligente de notre société et des médias qu'elle a engendré : Kubrick avec son "Orange Mécanique" et Romero avec sa saga des morts-vivants en tête"

Bien sur, mais on ne parle pas des memes choses, Deodato est un real bis et opportuniste, et il faudrait etre un peu couillon pour le nier, mais de cet opportunisme nait une certaine rage qui en ce qui me concerne fait plaisir a voir, de cette facon il est impossible pour moi de comparer kubrick ou romero a deodato, ne melangeons pas les torchons et les serviettes, mais il me semble que si on ne doit pas les amalgamer il est quand meme important qu'il y ait de la place pour les deux... non?

"Cela dit, je conçois que le film fasse débat tant il est extrême dans ses ambitions et je ne vais pas non plus aller jusqu'à dire que Deodato est le diable incarné. Le cinéma, c'est très subjectif. Et moi j'ai détesté ce film..."

Bah c'est toute la beatuee de l'art apres tout, porovquer des desaccords et c'est bien de trouver des gens qui ne s'enervent pas mais discute simplement, humblement et echangent des points de vue au dela de leur facon de penser et sans assener des veritees pompeuses et douteuses...

bon bin a bientot pour de plus amples debats...(ca faisait bien longtemps tiens)

amicalement,

KJ

kit jackson 08/07/2008 16:09

he he he

nous voila en desaccord donc...

Ma critique ici:

http://kitanojackson.canalblog.com/archives/2006/09/23/2198915.html

A+

kJ