Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Le Peuple des ténèbres

Réalisé par Robert Harmon, sorti le 23 avril 2003
Titre original : They

Avec Laura Regan, Marc Blucas, Ethan Embry, Dagmara Dominczyk, Jon Abrahams, Alexander Gould, Desiree Zurowski, Mark Hildreth ...

"Julia (Laura Regan), une étudiante en psychologie, est contactée par un ancien camarade de classe (Jon Abrahams)qui lui confie être traqué par une chose étrange. Aussitôt après lui avoir fait cette déclaration, il se suicide sous ses yeux. Quelque temps plus tard, Julia constate que les peurs de son enfance ont refait surface. Une seule solution s'impose à elle : rester éveillée à tout prix pour survivre et faire face aux créatures de ses propres cauchemars..."




Mon avis
:
http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif




Ouaip, ouaip, ouaip... Voilà un film dont je voulais parler depuis un moment, mais qui m'avait laissé un avis tellement mitigé que je ne savais pas par quel bout le prendre. D'ailleurs, je doute en être véritablement plus capable aujourd'hui. Enfin, bon... Il s'agit donc d'une nouvelle production de Wes Craven (qui une nouvelle fois nous prouve qu'il est bien meilleur réalisateur que producteur...) dont la réalisation a été laissée à Robert Harmon (à qui on doit mémorable thriller Hitcher). Si ce road movie sanglant dans lequel le réalisateur dirigea Rudger Hauer était une franche réussite, le reste de sa carrière fut nettement plus anedoctique. Car même si on m'a dit le plus grand bien de Eyes of an angel (avec John Travolta), Robert Harmon a tout  même réussi "l'exploit" de mettre en scène Jean-Claude Van Damme dans l'un des "pires" films ; Cavale sans issue s'avérant effectivement très mauvais, plutôt soporifique et d'une platitude hallucinante (ce qui est quasimement un comble en soi s'agissant d'un JCVD). Plus tard, Robert Harmon ne s'illustra )pas davantage en  en réalisant une sorte de remake au rabais de son plus gros succès (Highwaymen : La poursuite infernale avec Jim Caviezel). Toutefois, l'apparente similitude entre Hitcher et Le Peuple des ténèbres (les deux films flirtant allègrement avec le cinéma de genre horrifique) pouvait laisser présager que le résultat donnerait quelque chose de pas trop mal.
 
Malheureusement, Le Peuple des ténèbres n'est clairement pas la hauteur des espérances car, malgré l'accroche de l'affiche "Wes Craven présente" (ce qui n'est plus vraiment un gage de qualité en soi), le film demeure une immense déception ; et ce bien que la thématique de la peur du noir soit plutôt intéressante, à défaut d'être originale. Mais, dès qu'on commence à apercevoir des bêtes dans les placards, au cœur d'une obscurité presque totale, on décroche rapidement (déjà parce qu'on n'y voit et n'y comprend pas grand chose en fait).  Misant (abusant ?) à fond sur le hors champ, les créatures sont donc "montrées" à la manière des extra-terrestres au début du film Signes de M. Night Shyamalan (les créatures étant donc plus véritablement "aperçus" que "vues"). Et même si on n'y voit pas grand chose (ou alors je m'étais endormi...), les passages dévoilant un peu ces terreurs de la nuit restent néanmoins quasiment les seuls ayant un tant soit peu d'intérêt dans ce thriller fantastique évoquant beaucoup les récents Nuits de terreur et Darkness, en nette:ent moins bien. Sortis quelques temps après, le film de Jonathan Liebesman et surtout celui de Jaume Balaguero m'avaient effectivement laisser une bien meilleure impression ; accentuant plus sûrement encore notre peur du noir que celui de Robert Harmon (malgré deux ou trois trouvailles visuelles intéressantes, trop souvent plombées par un script orienté "teenage" maladroit). Sinon je les aime bien à L'Écran Fantastique (c'est vrai en plus, même que je suis abonné d'abord ! ^__^), mais ils abusent quand même "légèrement" en affirmant qu'il s'agit d'un « excellent film fantastique dans la lignée de Les Autres ». Parce que franchement, on n'est tout de même très loin d'atteindre ici le niveau du chef-d'œuvre d'Alejandro Amenábar...

 
http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/35/06/77/p1.jpg
"C'était horrible, elle était là, dans le coin, avec ses…. huit grosses pattes velues !" 
 
Concernant le casting, disons que j'ai un peu eu le sentiment que les acteurs, à l'instar des spectateurs, ne comprenaient pas vraiment le rôle qu'ils étaient en train de jouer dans ce film pour le moins "bizarroïde". En premier l'héroïne qu'incarne la mignonnette Laura Reagan, aperçue auparavant dans le sympathique Attraction Animale aux côtés du charismatique Hugh Jackman et de la délicieuse Ashley Judd. Le réalisateur semble avoir voulu faire de celle-ci une jeune femme blonde mystérieuse, pertubée, envoûtante et un peu froide à la manière des héroïnes hitchcockiennes. Mais, n'est pas Alfred Hitchcock qui veut et le résultat est très loin de tenir la comparaison. En outre, et malgré tous les efforts de l'actrice, Laura Reagan est tout de même loin d'égaler la grâce, le glamour et le sex-appeal de Grace Kelly, Tippi Hedren ou encore Ingrid Bergman (difficile de lui en tenir vraiment rigueur cela dit). Pour le reste du casting, je dois dire que je n'en garde pas de souvenir précis (c'est dire s'ils m'ont marqué) même si la prestation de Marc Blucas m'avait plutôt convaincu.  En revanche, la radicalité avec laquelle l'histoire s'achève m'a vraiment surpris – mais peut-être le réalisateur espérait-il seulement ouvrir la porte à une suite... qui n'arrivera heureusement jamais ? Bien que, paradoxalement, cette singulière conclusion arrive de façon quelque peu abrupte et stoppe le film alors que ça commençait enfin à devenir un tant soit peu "intéressant". Je me suis d'ailleurs demandé à un moment (j'ai vu le long-métrage en salles) si le projectionniste n'avait pas tout simplement oublié d'insérer la dernière bobine du film...  
 
Quoi qu'il en soit, je dois bien avouer que cette cruauté extrême demeure en l'espèce un  instant de noirceur assez sidérant ayant réussi à me tirer momentanément de la torpeur dans laquelle Le Peuple des ténèbres m'avait jusqu'à présent plongé (c'est d'ailleurs assez amusant qu'un film construit autour de la peur du noir donne à ce point envie de rejoindre son lit). Malgré tout, et tout aussi inattendue que soit cette fin, elle ne parvient nullement à faire passer l'ennui ressenti durant les longues minutes qui viennent de s'écouler. J'ai d'ailleurs cru comprendre que les britanniques avaient eu le droit à une fin complètement différente, et bien plus positive, que celle proposée dans le reste de l'Europe et aux États-Unis. J'ignore à quoi est dû ce traitement de faveur, mais je ne pense vraiment pas qu'il ait aidé le film à être meilleur (bien au contraire). En conclusion, et bien que je ne sois pas véritablement en mesure de conseiller ou non le long-métrage (certains pouvant apprécier le spectacle je pense), Le Peuple des ténèbres demeure tout de même un film qui m'a globalement ennuyé ; oscillant sans cesse (et avec des longueurs très handicapantes) entre le bâclage et la maladresse, des idées mal exploitées et d'autres franchement mauvaises. Ce qui me semble plus évident en revanche, c'est que le film de Robert Harmon est loin d'être le meilleur film du genre que j'ai vu et que, à choisir,  je préfère encore me regarder les classiques ayant servis d'inspiration au réalisateur que de le revoir. À bon entendeur...


Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

tinalakiller 29/11/2008 20:01

mon père a acheté le dvd pas cher... mais je ne l'ai toujours pas vu mais ta critique ne m'aidera pas à le voir...

Gally 27/11/2008 19:51

Grosse déception que ce film , l'idée est pourtant franchement bonne , la peur du noir et des choses qui peuvent se terrer dans les recoins sombres étant universelle et liée a toutes ces terreurs enfantines qui ressurgissent parfois une fois devenus adultes , malheureusement le film s'essoufle trés vite , les personnages ne sont pas attachants pour deux sous et on s'ennuit ferme ...
Moi qui ait tendance a craindre que de grosses pattes humides surgissent de dessous mon lit certaines nuits ( surtout aprés avoir visionné quelques films bien angoissants -_- ) , je n'ai pas sursauté une seule fois durant le visionnage du peuple des ténébres et pourtant j'ai une imagination fertile en matiére de trucs effrayants cachés dans le noir  ...
 
 

Shin 29/11/2008 12:30



Bonjour Gally,





Même en étant très impressionnable, Le Peuple des ténèbres peine effectivement beaucoup à surprendre et on lui préférera sans regret d'autres films fantastiques sur le sujet (comme le
Darkness de Jaume Balagueró par exemple).





Amicalement,





Shin.



Gilles Penso 27/11/2008 09:00

Effectivement, c'est un film décevant, d'autant que son potentiel était énorme. Et dire que Robert Harmon a signé l'excellentissime HITCHER !

Shin 29/11/2008 12:26



Bonjour Gilles,





C'est sûr qu'on est très très loin de l'efficacité de Hitcher ici...





Amicalement,





Shin.