Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Hommage à Charlton Heston

http://images3.hiboox.com/images/1408/kh4l1ebz.jpghttp://imstars.aufeminin.com/stars/fan/D20060725/1561_376899361_heath_ledger_H103140_L.jpg

L'acteur mythique américain est décédé samedi 5 avril 2008 à son domicile de Beverly Hills. Charlton Heston, qui avait 84 ans,  luttait depuis 2002 contre la maladie d'Alzheimer qui l'avait alors contraint à arrêter toute activité cinématographique.

Né John Charles Carter le 4 octobre 1923 à Evanston dans l'Illinois, il était devenu une légende du cinéma suite à sa prestation dans Ben Hur de William Wyler,  pour laquelle il obtiendra l'Oscar du meilleur acteur, faisant de lui l'un des symboles du cinéma américain des années 1960. L'acteur s'est rapidement forgé une stature de comédien voué aux grandes figures historiques  tout en restant un homme de théâtre. Fils de meunier, il fait ses débuts à la radio et au théâtre. Il suit des cours d'art dramatique à la North Western University puis sert dans l'armée de l'air pendant la deuxième guerre mondiale. En 1944, il se marie avec Lydia Clarke, rencontrée à l'université. Elle lui donnera un enfant, Fraser Clarke, et ils en adopteront un autre, Holly Ann. Engagé politiquement contre le racisme, il participe  aussi activement à la vie civique et sera l'une des figures hollywoodienne du Mouvement des Droits Civiques : marche pour les droits du peuple noir, membre et puis président de l'Actor Guild, participation à des films engagés (avec Sidney Lumett notamment). Membre actif de la National Rifle Association, son engagement pour la défense des armes à feu deviendra alors controversé tant aux États-Unis que par le monde à la fin de sa vie.

Mais avant tout, Charlton Heston était un formidable acteur riche d'une carrière cinématographique de plus de cinquante ans durant laquelle il tourna dans près de soixante-dix films. Il attire l'attention en 1947 dans Antoine et Cléopâtre lui permettant d’adapter des pièces de théâtre. Cecil B. DeMille le remarque et lui confie un premier rôle dans Sous le plus grand chapiteau du monde  en 1952 (le film obtiendra d'ailleurs l'Oscar).

Il va rapidement devenir l'acteur spécialiste des rôles historiques dans les grandes superproductions d'Hollywood des années 1950 et 1960. Cette orientation est rendue possible par la carrure athlétique de l'acteur et un visage rude. C'est ainsi qu'au cours de sa carrière Charlton Heston a été successivement Moïse, le Cid, Saint Jean Baptiste, Marc-Antoine à deux reprises, le général Gordon, le président Jackson, Henri VIII et Richelieu. Révélé par Cecil B. DeMille en 1952, il obtient la consécration avec ce dernier dans Les Dix Commandements en 1956, puis surtout avec Ben-Hur de William Wyler en 1959. Le Cid d'Anthony Mann en 1961, puis Les 55 jours de Pékin de Nicholas Ray en 1963, où il partige l'affiche avec d'Ava Gardner, et enfin Antoine et Cléopâtre en 1972 qu'il met lui-même en scène, confirment son intérêt pour les films à grand spectacle.

Au début des années 1970, il s'éloigne du genre des films  à grand spectacle et réussit sa reconversion vers les films d'anticipation au début avec Le Survivant de Boris Sagal en 1971 (adaptation libre du roman Je suis une Légende de Richard Matheson), dans lequel, seul rescapé d'une terre dévastée par le vampirisme, il doit chaque nuit renouveler un éternel combat pour la survie. Il joue aussi dans Soleil Vert de Richard Fleischer en 1973, mettant en scène un monde dystopique et surpeuplé, ou encore Tremblement de terre de Mark Robson en 1974, qui confronte Los Angeles à une catastrophe sismique sans précédent. Mais dans cette "seconde" carrière, son film le plus célèbre demeure le fameux La Planète des Singes tourné en 1968 par Franklin J. Schaffner. Il fera d'ailleurs une apparition en 2001 (en vieux singe, cette fois-ci) dans le remake controversé réalisé par Tim Burton.

Durant sa prestigieuse carrière, l'acteur se sera également essayé à la mise en scène au cinéma avec Antoine et Cléopâtre en 1972, ou La Fièvre de l'Or en 1982 ou encore pour la télévision avec Un homme pour l'éternité en 1988. On aura aussi pu le voir tourner pour King Vidor en 1952 (La furie du désir), Orson Welles en 1958 (La soif du mal), Basil Dearden en 1966 (Khartoum) ou encore George Pan Cosmatos  en 1993 (Tombstone), James Cameron (True Lies) et John Carpenter en 1994 (L'Antre de la folie).

Pour résumer sa vie, Charlton Heston disait : "Personne ne peut demander une vie aussi remplie que ne l'a été la sienne. J'ai vécu une vie formidable. J'ai vécu assez pour deux".

Quelques jours après Richard Widmark, un autre géant nous quitte donc à son tour. Je ne peux alors m'empêcher de penser  qu'il ne faudrait pas qu'il arrive des bricoles à Kirk Douglas, Clint Eastwwood ou encore Paul Newman prochainement. Il ne reste plus, en effet, qu'une poignée de légendes du cinéma hollywoodien encore en vie...


http://images3.hiboox.com/images/1408/thtsor90.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Sheernin 08/05/2008 14:44

Des légendes, il y en a et en aura toujours. L'être humain en a besoin... Celle du Far-West a la vie dure d'ailleurs : sur 240 millions d'Américains, combien ne se reconnaissent pas dans cet héritage vivant à la gachette facile ?... C.H. a eu beau jeu avec son mouvement. La célébrité peut faire des ravages, et pas toujours ceux auxquels on peut penser à priori.
Impossible d'avoir des regrets pour la disparition de ce "grand homme" (1.90m ?) - mais vive le cinéma !

Désherbant 07/04/2008 11:26

Regrettons le départ de cet acteur US à la filmographie remarquable tout en nous félicitons de la – tardive ? – disparition de cet éminemment réactionnaire et archaïque individu.

Adepte de la généralisation et de l’utilisation à outrance des armes à feu aux States, le citoyen Heston, aura illustré, grâce notamment à son inouï revirement de démocrate à républicain, à quel point les films (et scénarii) violents, peuvent détraquer l’esprit aux êtres faibles et faiblement démocratiques prônant sans rêlache le port de gros calibres à la main, la violence mortifère et un refus outrancier à la tolérance et au respect à vie.

Bien pitoyable ce C. Heston, qui semble ainsi avoir fait prévue, au « soir de sa vie » à quel point l’homme était aux antipodes des héros incarnés à l’écran par l’acteur.

Sans courage, sans honneur, il aura quitté cette vie après y avoir largement contribué, en tant qu’individu, de la laisser bien plus médiocre de celle qu’il avait trouvé...

Bien terne sortie de « l’écran » pour cet acteur réussissant à merveille ses rôles dans un univers de carton pâte, mais échouant piteusement d’incarner une alternative più digne, plus noble et plus généreuse, compréhensive et altruiste - pour ses semblables - sur la scène de la vraie vie.

Ansi, en guise d’éloge funèbre pour ce bien triste sire, souhaitons lui que la terre lui soit aussi lourde que le plomb qu’il admirait tant et dont sa tête en était lourdement lestée….

J'oubliais : Amen, of course … !

Shin 17/05/2008 16:25



Bonjour,

Si l'homme sombra en effet vers ses travers les plus obscures, la légende demeurera à jamais aussi étincelante que les brillants films dans lesquels il a pu s'illustrer. Et comme je le répète
souvent, Jean-Jacques Goldman disait très justement que les chansons sont souvent plus belles que ceux qui les chantent. Ça ne change en rien la nature de l'homme, mais ça permet de reconnaître
le talent de l'artiste malgré tout.

Amicalement,

Shin.



Bastien 06/04/2008 21:55

Un grand nom oui, une icône même, une légende... Et un triste sire dans le vie réelle. Il a fait de bonnes actions mais aussi de très mauvaises, comme devenir président de la NRA....

PS : merci pour tes visites et commentaires, je t'ai rajouté dans ms favoris car ton blog me semble très intéressant ;-) je repasserai ! lol