Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Lions & Agneaux

Réalisé par Robert Redford, sorti le 21 novembre 2007
Titre original : Lions for Lambs

Avec Tom Cruise, Meryl Streep, Robert Redford, Andrew Garfield, Michael Peña, Derek Luke, Peter Berg, Tracy Dali  ...

"Ils sont six. Tous sont impliqués de près ou de loin dans le combat de l'Amérique contre le terrorisme. Chacun arrive à un tournant de sa vie, et les enjeux ne vont en être que plus élevés. À Washington, un sénateur  aux ambitions présidentielles (Tom Cruise) essaie de vendre la dernière stratégie globale à une journaliste d'information de télévision redoutée(Meryl Streep). Entre eux, c'est une lutte d'intelligence, de charme... et d'intérêts. Dans une université de la côte Ouest, un professeur idéaliste (Robert Redford) tente de convaincre un étudiant blasé (Andrew Garfield) de changer l'orientation de sa vie pour réaliser son potentiel. De l'autre côté de la planète, dans les montagnes enneigées de l'Afghanistan, deux de ses anciens élèves (Michael Peña & Derek Luke), loin des discours politiques et des arguments de leurs mentors, se battent juste pour survivre..."




Mon avis
:
http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif




Comme je l'expliquais déjà dans mon billet consacré à Mensonges d'État, depuis les terribles attentats du 11 septembre 2001, on ne compte plus les productions cinématographiques américaines ayant pour toile de fond la menace terroriste et les conflits arabo-américains. Ces évènements ayant notamment inspirés les plus grands cinéastes (comme Ridley Scott, Paul Greengrass ou encore Brian De Palma), il n'est donc pas très surprenant que le très engagé Robert Redford s'empare également du sujet. Plus encore que les autres films du genre Lions & Agneaux se distingue avant tout par son aspect résolument didactique et particulièrement loquace. Car si un certain nombre des protagonistes du film semblent privilégier l'action aux longs discours, le réalisateur va s'évertuer à faire strictement l'inverse. Une ambition assez louable au demeurant, malheureusement le résultat va s'avérer assez vite pesant, voire même ennuyeux par moment.

Le long-métrage nous invite à pénètrer dans les arcanes du pouvoir et à en apprendre un peu plus sur la politique extérieure américaine. Pour cela, Robert Redford a choisi de multiplier les angles de vue à travers une diversité de personnages plutôt bien vue (politiques, journalites, militaires, professeurs, étudiants). De cette manière, il offre à son film une vision d'ensemble plutôt intéressante (chaque personnage du film ayant sa propre vision du bien, et de ce qu'il faut faire, en fonction de ce qui lui apparait comme logique). Néanmoins, et c'est là où le bas blesse, le long-métrage ne s'avère pas aussi enthousiasmant qu'il le devrait à cause d'une trop grande inégalité narrative. En effet, malgré toute la sincérité dont Robert Redford fait preuve pour faire avancer le débat d'idées (amenant à réfléchir au-delà du pur divertissement que représente le film), Lions & Agneaux a parfois vraiment du mal à passionner tant les différentes parties qui le composent sont d'un intérêt inégal.

De fait, toute celle qui concerne les jeunes soldats américains pris au piège par les Talibans s'avère particulièrement laborieuse et on peine vraiment à s'attacher à eux, malgré la tragédie qu'ils sont en train de vivre (ce qui est presque un comble). D'un manque de subtilité certain (y compris dans la mise en scène, ici d'une incroyable mollesse), cette supposée illustration de l'absurdité de la guerre se révèle d'un manque d'ambition regrettable ; voire même un peu caricaturale (ceux qui décident dans leurs confortables bureaux ne sont pas les mêmes qui risquent leur vie sur les champs de bataille ; tu parles d'une nouvelle !). Robert Redford ne dépasse jamais le cadre de son concept et le destin de ses deux jeunes idéalistes est présenté de façon assez mièvre (avec séquences tire-larmes et conclusion héroïque peu exaltante à la clé). Il y avait pourtant de quoi se risquer à autre chose d'autrement plus osé que de verser dans un patriotisme aussi primaire ; et totalement hors de propos qui plus est. Heureusement, les deux autres parties du film s'avèrent déjà un peu plus intéressantes.

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/64/48/73/18878202.jpgNuits blanches assis à table...

À commencer par celle mettant en scène Tom Cruise et Meryl Streep dans un face-à-face idéologique où les deux comédients excellent. Toutefois, si le
duel entre ce sénateur sûr de lui et cette journaliste dans le doute est rondement mené, son enjeu s'avère une fois de plus assez limité (on avait déjà quand même un peu remarqué que la presse ne jouait plus son rôle de contre-pouvoir face des holdings de plus en plus puissantes...). Ce qui est  bien dommage. Dommage aussi que la partie avec Robert Redford en mode "cercle des poètes disparus" et son élève soit aussi professorale (en même temps, il joue un prof, alors bon...). Les interrogations soulevées sont certes intéressantes – et on ne peut qu'aller dans le sens du réalisateur lorsqu'il évoque la nécessité de rechercher l'information par soi-même plutôt que de croire tout ce qu'on nous dit bêtement – mais là encore on reste sur sa faim.

Toutefois, et indépendamment des qualités intrinsèques du film, il faut bien avouer que le fait que je découvre le film en VO un soir de fatigue où je m'attendais à voir de la VF (grrr !) ne m'a pas aidé à suivre le film. Comme je le disais plus haut, le film est très bavard et toutes ces lignes de texte défilant devant des images assez statiques (la mise en scène est d'un mou !) ont vite fait de me fatiguer ; j'ai vraiment eu l'impression de suivre un journal intéractif. Il serait d'ailleurs peut-être intéressant que je le redécouvre en VF justement (ou un soir où je serai plus en forme) afin de (peut-être)  mieux apprécier ce film  pour le moins prolixe. De fait, Lions & Agneaux est indubitablement l'exemple même du film engagé plutôt intéressant sur le fond, mais qu'une forme un brin poussif vient inutilement alourdir.

Et au final, sans être foncièrement mauvais, le film de Robert Redford ne suscite que peu d'émotions (ce qui est d'autant regrettable compte tenu l'ambition manifeste du réalisateur) et, à défaut d'être véritablement contestataire, le résultat m'a semblé bien trop sage. Pour ne pas arranger les choses, certains personnages s'avèrent un peu trop caricaturaux (les jeunes soldats bercés d'illusions, le prof bienveillant et son élève rebelle), et on ressort surtout avec la désagréable impression que tous ces longs discours ne nous apprennent pas grand chose (bien que le laïus à propos des puissants qui cultive l'ignorance du peuple afin de mieux le manipuler soit intéressante). Ne reste alors plus qu'à ce concentrer sur l'aspect divertissant du film, plutôt bien assuré par les joutes verbales de Tom Cruise et Meryl Streep (tous deux absolument remarquables). C'est un peu juste, mais c'est déjà ça...


Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Super Vlad 15/12/2008 00:08

Je n'aime pas ce mot "patriote" je me sens plus un "citoyen du monde" :PMerci Mister Lanvin ^^

Super Vlad 13/12/2008 00:25

J'ai fait exprès de ne pas lire ton billet afin de ne pas fausser mon avis sur ce film que je n'ai pas encore vu et que j'aimerai decouvrir mais je voulais lire la légende sous ta photo... Nuit blanche assis à table... Tu n'as pas honte ? lolRachète cinélive et empêche la fermeture de ce mag ca serait cool (puis ca me ferait pas perdre mon abonnement ^^)Vlad

Shin 14/12/2008 20:40



Bonsoir Vlad,

Et non, toujours pas honteux et même très fier de mes jeux de mots pourris ! ^__^

Amicalement,

Shin.

PS: T'as quand eu le droit à ton coffret 24 en version patriotique en compensation, tu dois être content !?