Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Les Noces Rebelles

Les Noces Rebelles

Réalisé par Sam Mendes, sorti le 21 janvier 2009
Titre original : Revolutionary Road

Avec Kate Winslet, Leonardo DiCaprio, Michael Shannon, Kathy Bates, Richard Easton, Kathryn Hahn, David Harbour, Zoe Kazan ...

"Dans l'Amérique des années 50, Frank  (Leonard DiCaprio) et April Wheeler (Kate Winslet) se considèrent comme des êtres à part, des gens spéciaux, différents des autres. Ils ont toujours voulu fonder leur existence sur des idéaux élevés. Lorsqu'ils emménagent dans leur nouvelle maison sur Revolutionary Road, ils proclament fièrement leur indépendance. Jamais ils ne se conformeront à l'inertie banlieusarde qui les entoure, jamais ils ne se feront piéger par les conventions sociales. Pourtant, malgré leur charme et leur insolence, les Wheeler deviennent exactement ce qu'ils ne voulaient pas : un homme coincé dans un emploi sans intérêt ; une ménagère qui rêve de passion et d'une existence trépidante. Une famille américaine ordinaire ayant perdu ses rêves et ses illusions. Décidée à changer de vie, April imagine un plan audacieux pour tout recommencer, quitter leur petite routine confortable dans le Connecticut pour aller vivre à Paris...
"




Mon avis
:
http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif




Il y a maintenant plus d'une décennie que le phénoménal Titanic de James Cameron permit au couple formé par Leonardo DiCaprio et Kate Winslet d'entrer par la grande porte dans la légende du cinéma mondial. Depuis, chacun des deux acteurs a mené une carrière exemplaire ; et il est peu dire que les retrouvailles de ce duo mythique à l'écran étaient attendues (par moi notamment comme en témoigne mon billet du 01/01/2009). Douze ans après, Sam Mendes (qui a entre temps épousé Kate Winslet donc) rend enfin les choses possibles en adaptant le classique Revolutionary Road (La Fenêtre panoramique en français) de Richard Yates. De ce que j'ai appris, le roman (que je n'ai pas lu) fit grand bruit à l'époque ; engendrant de vives discussions sur la nature du mariage, le rôle de l'homme et de la femme dans la société moderne, et la difficulté de concilier les réalités de la famille, du travail et des responsabilités avec les aspirations idéalistes de la jeunesse. En s'attelant de nouveau à une critique corrosive du rêve américain selon le prisme familial, le réalisateur allait-il renouveler l'exploit de son formidable (et multi-oscarisé) American Beauty ? Franchement, j'aurais aimé. Malheureusement,  je suis loin d'être absolument enthousiaste. En dépit du malin plaisir qu'a visiblement pris Sam Mendes à totalement démythifier l'imagerie qui entourait le couple incarné par Kate Winslet et Leonardo DiCaprio dans Titanic, son long-métrage ne m'a pas convaincu plus que cela.


De fait, loin de la folle passion amoureuse qui les submergeait dans le film de James Cameron, ils incarnent ici un couple à la dérive aspirant à une vie autrement plus palpitante que celle dans laquelle ils se sont progressivement enfermés. Actrice sans talent, April Wheeler mène la vie guère passionnante de femme au foyer (forcément désespérée) qu'elle redoutait tant. Son mari, Frank, s'est quant à lui condamné à prendre le même chemin que son père en exerçant un métier qu'il déteste par dessus tout (ne trouvant de piètre "réconfort" quand flirtant stupidement avec une secrétaire insipide). Et avec leurs deux enfants, ils ont fini par s'installer dans une banlieue résidentielle aux maisons identiques comme il en existe tant aux États-Unis. En fait, ils vivent l'existence banale de millions d'américains. Sauf que l'idée d'être pareils à ces ménages normaux, qui aspirent à la simple assurance d'une stabilité tant économique (subvenir aux besoins de la famille) que matérielle (posséder un foyer confortable et douillet), les rebute profondément. Légèrement vaniteux dans l'âme (disons plus poliment que leur ambitions juvéniles les tiraillent toujours), notre couple estime en effet qu'il vaut mieux que ça. Mieux que cette existence étriquée qui est désormais la sienne, et qui ne ressemble nullement aux projets et aux envies qu'ils avaient lorsqu'ils se sont rencontrés. Mieux que ce bonheur conformiste illusoire. En somme, mieux que simplement exister : vivre. Alors pourquoi ne pas tout plaquer et tout recommencer ?


Les Noces Rebelles

Leonardo DiCaprio et Kate Winslet : Mariés, 2 enfants.

 

C'est ce qu'aimerait aujourd'hui April afin de sortir de cette routine qui la détruit à petit feu. C'est d'ailleurs ce qui lui avait promis Frank au lendemain de leur première nuit d'amour. Mais lui doute car une promotion lui tend les bras et la perspective de vivre aux crochets de sa femme (qui semble croire que les secrétaires ont des salaires de ministres en Europe) ne l'enchante guère. Et puis surtout, ils ne sont plus seuls. Il y a les enfants aussi (des enfants curieusement absents à l'image d'ailleurs). Ces deux êtres qui se sont trop vite aimés ne partagent plus à présent les mêmes ambitions. Les tensions apparaissent. Les disputes aussi, de plus en plus violentes. Pour faire un mauvais jeu de mots, après avoir sombré dans la mer, voilà que Kate et Leo sombrent dans l'amer. Bon, je me dois d'être un tant soit peu honnête. Les thèmes abordés sont très intéressants, les acteurs formidables (et autant l'un que l'autre d'ailleurs ; Leonardo DiCaprio ne méritait encore une fois pas moins que Kate Winslet de remporter un prix) et les intentions du réalisateur plus que louables. Mais, sans être foncièrement mauvais, Les Noces Rebelles est un film qui ne passionne guère. La critique pleine d'ironie de l'american way of life à laquelle s'était déjà livré Sam Mendes dans American Beauty me semblait alors nettement plus subtile et bien plus efficace. Faut dire aussi que, pour  souligner le démantèlement critique d'une famille américaine moyenne,  le réalisateur faisait alors preuve d'un second degré avisé (via une certaine causticité). Un recul que l'absence d'humour de ces Noces Rebelles (si on excepte la toute dernière image, amusante) ne permet pas ici.


De fait, le film se prend un peu trop au sérieux et s'enferme dans un académisme regrettable (jusqu'à la musique mélodramatique qui va bien). Bien que soignée, la mise en scène manque ainsi d'audace. Rien ne dépasse, tout est sa place (seules les olives dans les verres de Martini ont la bougeotte). Alors d'accord, c'est beau (rien à dire là-dessus). Néanmoins, aussi peu d'inventivité et de folie dans un film qui a justement pour objet de dénoncer le conformisme ambiant est un  véritable comble en soi. Il va s'en dire que j'aurais préféré quelque chose de plus couillu ; de plus personnel tout du moins.  De plus subtil aussi. Parce que le passage où l'on voit une nuée de businessmen vêtus de costumes cintrés et de chapeaux identiques se rendre docilement au boulot, ça fait légèrement cliché façon Les Temps Modernes du pauvre. Autre exemple frappant de cette exaspérante manie du réalisateur à sur-expliciter son propos : le personnage qu'incarne Michael Shannon. Dans un registre que l'acteur connaît bien (Bug) et qu'il maîtrise à la perfection (sa nomination aux Oscars est tout à fait justifiée), celui-ci prête donc ses traits à un doux dingue qui – et c'est bien pratique – n'a que faire des conventions sociales (car il est fou), n'est contredit par personne (car il est fou) et n'hésite pas à dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas (en même temps, il est fou). Le problème est tout d'abord de savoir quel crédit véritablement accorder aux vérités déblatérées par ce zinzin (vous ai-je déjà dit qu'il était fou ?). Mais surtout, ce qu'il raconte n'apporte rien de plus qui n'avait pas été sous-entendu jusque-là (via les nombreuses disputes du couple notamment) ou que l'on n'avait pas déjà compris (d'où une redondance pas très utile).


Les Noces Rebelles

Leonardo DiCaprio et Kate Winslet : Feu de l'amour.

 

Mais au-delà de ce caractère trop lourdement explicite (sur lequel on pourrait à la rigueur passer),  le film a une fâcheuse tendance à sonner faux. Ainsi, quand Leo s'énerve, il éclate des chaises sur les murs. Et quand Kate craque, elle crie comme une hystérique avant d'aller piquer un petit sprint dans les bois. On pourrait aussi évoquer les longues diatribes qu'ils s'envoient à la gueule et qui semblent aussi peu spontanées qu'un cours de psychologie d'université.  Tout comme les enfants, étrangement absents (ils n'auraient pas existé que cela n'aurait rien changer). Mais surtout, on a vraiment du mal à comprendre ce qui les a attiré l'un vers l'autre. Je sais bien que le cœur a ses raisons que la raison ignore, mais ça ne justifie pas pour autant que leur coup de foudre soit si peu crédible. Lorsque April dit à Frank qu'il est l'homme le plus intéressant du monde, on a franchement du mal à y croire tant leur liaison manque de vie et leur quotidien semble si insignifiant (c'était peut-être de l'ironie, remarquez...). De fait, Les Noces Rebelles est un film sans passion et, ce qui est plus gênant, sans émotion. C'est tellement poussif et si froidement formel (sûr que ça aurait fait une excellente pièce de théâtre), qu'on ne ressent finalement pas grand chose. Que nos deux mariés restent ensemble ou se quittent, qu'ils partent pour Paris ou non, qu'ils vivent ou meurent... au fond, on s'en fiche. L'émotion ne passe pas. Même les scènes de sexe manquent de conviction (clair que c'est pas du Verhoeven), quand elles ne sont tout simplement pas ridicules (à l'image de celle en forme de clin-d'œil maladroit involontaire ? à Titanic dans une voiture embuée).


On reste vraiment loin de l'intensité que pouvait avoir un roman comme Madame Bovary de Gustave Flaubert (dont la mélancolie, l'ennui et la douleur de l'héroïne me paraissent assez proches de ce que ressent April). Et bien que la forme (tant au niveau de la mise en scène que de l'interprétation) soit globalement réussie (en dépit du doublage français particulièrement horripilant de Kate Winslet), le film apparait comme bien trop austère pour convaincre. Trop prévisible aussi. Chaque "rebondissement" se devine largement à l'avance (la tromperie d'April est un artifice bien facile d'ailleurs), et la conclusion à base de faux dénouements successifs qui n'en finissent pas est assez pénible aussi (car trop explicative une fois encore). Pour moi, le long-métrage aurait dû se terminer sur le  magnifique plan panoramique d'April devant sa fenêtre après avoir commis l'irréparable. Le reste est de trop. Le réalisateur ne laisse pas suffisament de place à l'imagination et s'évertue à donner des réponses dont on se serait bien passé. Plus décalé, plus inventif et moins balisé, je ne peux finalement pas m'empêcher de préférer American Beauty qui stimulait bien plus avantageusement le spectateur (réduit ici à suivre passivement l'histoire qu'on lui présente). Malgré tout, je n'en veux finalement pas trop à Sam Mendes car Les Noces Rebelles est loin d'être honteux (et je sais qu'il saura mieux me convaincre une prochaine fois). Son long-métrage manque juste d'âme ; et ne marquera pas autant les esprits qu'il ne le devrait. C'est dommage. Et si je revoyais Titanic pour la peine ?

 

 

Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

choupynette 27/03/2009 18:58

J'ai beaucoup aimé! American bueaty par contre m'avait ennuyée à mourir! comme quoi! ;) Le jeu des acteurs est excellent, la mise en scène parfaite. Je comprends cependant que le rythme ait pu en agacer certain(e)s. Je vais lire le roman pour voir cce que cela donne.

Shin 27/03/2009 19:51



Bonsoir Choupynette,

C'est étrange comment mon avis est absolument opposé au tien. Autant je tiens American Beauty comme une magnifique réussite, autant j'ai trouvé que Les Noces Rebelles était
particulièrement décevant. Les goûts et les couleurs, comme on dit...

Amicalement,

Shin.



Cinem@trice 17/02/2009 15:14

Je fais a ce film a peu pres les mm reproches que toi. L'histoire aurait pu etre traitée de maniere a nous montrer plus d'emotions en generale, je suis ni scenariste ni realisateur, mais y'avait moyen d'en tirer plus pour que ca soit plus accrocheur ! Dommage. Je ne comparerais pas avec American Beauty vu que je l'ai pas vu...un autre film a rajouter sur ma liste alors !

Shin 23/02/2009 17:41



Bonjour Cinem@atrice,

Finalement, Vlad et moi ne sommes plus les seules à avoir été quelque peu décontenancé par ce film ! ^__^

Amicalement,

Shin.



Vlad 15/02/2009 00:42

Ayez, j'ai enfin vu ce film....Passé vingt minutes, je voulais quitté la salle tellement je m'ennuyé....Après trois quart d'heure, je me suis dit, au final c'est quand même bien filmé on va rester...Après une heure, c'est bien joué aussi mais bon il va bien se passer quelque chose j'espèreAprès une heure et demie, bon ben maintenant que j'y suis j'y reste on verra bien ou ca nous mèneAu générique de fin... Tout ça pour ça....C'est très bien mis en scène (même si je te rejoins sur le côté académique tout comme la BO), les acteurs sont impeccable mais.... bah le mais c'est qu'il y a rien d'autre à dire... Une querelle de couple sur deux heures qui manque cruellement d'émotions. On ne s'attache jamais aux personnages du coup même le final qui aurait pu etre marquant m'as laissé de marbre. Y'a de bonnes choses mais je m'attendais à mieux quand même.Deux étoiles généreuse pour ma part...ps : Twilight au moins c'est rythmé et passé le premier quart d'heure je susi rentré dans le film (toute proportion gardé bien sur)

Shin 23/02/2009 17:18



Bonjour Vlad,
Ton avis me rassure car, au départ, je croyais être l'un des seuls à ne pas avoir accroché à ce film terriblement ennuyeux et dépourvu d'émotion.

Deux étoiles me semblent en effet un maximum.

Amicalement,

Shin.



Bastien 03/02/2009 15:56

J'attendais énormement de ce Mendes, je ne suis donc que déçu : aucune finesse, aucune subtilité, aucun humour dans cet ersatz d'American Beauty. Même la réalisation de Mendes me parait bien fade, sans personnalité, tout comme la musique de Thomas Newman. Reste un duo d'acteur formidable et de çi de là de bonnes choses comme le plan final.

Shin 06/02/2009 21:03



Bonsoir Bastien,

Je suis heureux de constater que je ne suis pas le seul à être rester de glace face au dernier film de Sam Mendes. J'y suis pourtant allé avec la meilleure volonté du monde et un enthousiasme à
revendre. Mais rien, ou plutôt pas grand chose. Cette retrouvaille entre Kate et Leo n'a pas réussi à m'émouvoir. C'est dommage...

Amicalement,

Shin.



Benoit 31/01/2009 20:28

Dommage que tu n'ais pas aimé ;)La comparaison avec American Beauty ne me parait pas très légitime. Et la mise en scène, tout le travail de cadrage et la photo, ne me parait pas si académique que ça. La caméra est discrète certes, mais la mise en scène est précise et sophitiquée. Je comprend qu'on accroche moyennement à ce film, pour son rythme, la noircuer de son propos, l'ambiance étrange qui en émane. Les acteurs sont brillants et tout le monde se rejoins là dessus. Bref, j'ai vraiment adoré ce film mais ta critique rejoins parfaitement ce que j'ai pu entendre autour de moi de  la part personnes qui n'ont pas vraiment aimé non plus ;)A bientôtBenoît

Shin 02/02/2009 19:49



Bonsoir Benoit,

Au contraire, il me semble tout à fait légitime de comparer les deux films. Dans chacun, on retrouve cette même volonté de montrer l'envers du rêve américain et de désacraliser l'american way
of life à travers le prisme familial. En quelque sorte, Les Noces Rebelles pourrait presque s'appréhender comme une sorte d'American Beauty à la sauce fifties. Et bien
que les enjeux scénaritistiques diffèrent un peu, les thématiques sont extrêmement proches. Enfin, je trouve.

Amicalement,

Shin.