Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Je suis une légende

undefinedRéalisé par Francis Lawrence, sorti le 19 décembre 2007
Titre original : I am Legend


Avec Will Smith, un chien et des sales bêtes en 3D...

"Robert Neville (Will Smith) était un savant de haut niveau et de réputation mondiale, mais il en aurait fallu plus pour stopper les ravages de cet incurable et terrifiant virus d'origine humaine. Mystérieusement immunisé contre le mal, Neville est aujourd'hui le dernier homme à hanter les ruines de New York. Peut-être le dernier homme sur Terre... Depuis trois ans, il diffuse chaque jour des messages radio dans le fol espoir de trouver d'autres survivants. Nul n'a encore répondu. Mais Neville n'est pas seul. Des mutants, victimes de cette peste moderne - on les appelle les "Infectés" - rôdent dans les ténèbres... observent ses moindres gestes, guettent sa première erreur. Devenu l'ultime espoir de l'humanité, Neville se consacre tout entier à sa mission : venir à bout du virus, en annuler les terribles effets en se servant de son propre sang.Ses innombrables ennemis lui en laisseront-ils le temps ? Le compte à rebours touche à sa fin..."

D'après le roman de Richard Matheson, Je suis une Légende, paru en 1954

   Autres adaptations :

      The Last Man on Earth (L'Ultimo Uomo della Terra)
   Sidney Salkcow & Ubaldo Ragona en 1964, avec Vincent Price

      Le Survivant (The Omega Man)
   de Boris Sagal en 1970, avec Charlton Heston




Mon avis http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif (Version cinéma)

http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://i184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif (Version alternative)




Adapté du célèbre roman de Richard Matheson, ce film a été réalisé par Francis Lawrence (à qui on doit également le visuellement efficace Constantine). Tout comme son précédent film, Je suis une légende est assez bancal. Le réalisateur parvient à instaurer une atmosphère vraiment réussie (notamment les images d'un New-York abandonné), mais s'emmêle les pinceaux avec son récit ; sans parler du fait que de très (trop) grandes libertés ont été prises avec le roman original.

Tout d'abord, l'action ne se situe plus dans les années 1970 à Los Angeles mais dans un futur proche à New-York. Ici, le choix me paraît assez judicieux et sans grande incidence sur l'histoire originale. En effet, comme l'affirme Will Smith, les images d'un New-York dévasté sont plus impressionnantes à observer que s'il avait s'agit de Los Angeles ; on a tellement en tête ses rues qui fourmillent de monde. Autre différence de taille, le chien n'est plus apprivoisé par Robert Neville mais été celui de sa fille. Dans le roman, la rencontre entre Neville et le chien est un moment fort, mais il est possible que cette phase au cinéma ait alourdi le récit. Donc : why not ? Surtout, le rôle de Neville vis-à-vis du virus est complètement différente et la fin du film trahit complètement l'esprit du livre. Au passage, et pour les amateurs de VF, Will Smith n'a ici pas sa voix habituelle (celle de Greg Germain) mais celle de Foreman dans Dr [H]ouse (Lucien Jean-Baptiste). Le film n'étant pas humoristique (à la différence d'un grand nombre de films avec Will Smith), ce n'est pas très dérangeant mais bon... Enfin, les vampires (dont le rendu en 3D est assez bluffant dans l'obscurité, bien qu'un peu déconcertant en "plein jour"), sont tous ici complètement décérébrés ; ce qui n'était évidemment pas le cas dans le livre.

En fait, à l'instar d'un Mission : Impossible (le premier, celui de Brian De Palma) qui n'était foncièrement pas un mauvais film, Je suis une légende est un film plutôt bon (outre l'ambiance, on retiendra aussi la scène de chasse aux cerfs à Central Park, Shrek et l'interprétation très convaincante de Will Smith), mais une très mauvaise adaptation. De plus, le roman (qui avait été le premier dès 1954 à donner une explication scientifique aux "vampires") a déjà inspiré grand nombre de films (ceux de Romero notamment) et de jeux-vidéos (la saga des Resident Evil en l'occurrence). Enfin, et surtout, 28 jours plus tard et son excellente séquelle sont passée par là avant ; la comparaison est inévitable et ne profite malheureusement pas au film de Francis Lawrence.

http://images3.hiboox.com/images/1308/pliyyn82.jpg
Je suis seul au monde, y a rien à faire, je suis seul au mooonde...

Dans un sens, on regrette un peu que le film n'ait pas été plus fidèle au livre (même si le côté très sombre de ce dernier avait de quoi effrayer les producteurs). En revanche, je serai bien intéressé de regarder le making-of, parce que "vider" ainsi plusieurs rues de New-York pendant près d'une semaine de tournage, ça doit être quelque chose ! 

Au final, le film Je suis une légende, malgré un scénario qui aurait pu être bien meilleur, bénéficie du talent certain de Francis Lawrence à la mise en scène et d'un Will Smith inspiré. Grâce à ces deux-là surtout, le film parvient à rester divertissant si on oublie un instant le livre. En revanche, à l'instar du film sorti en 1964 (The Last Man on Earth de Sidney Salkcow & Ubaldo Ragona, avec Vincent Price) ou de celui de 1971 (Le Survivant de Boris Sagal, avec Charlton Heston), il aurait été plus judicieux je trouve de changer le titre du film tant il s'éloigne de l'esprit du roman.


Petit aparté concernant la version alternative du film (mise à jour du 13 juillet 2008) :
Plutôt déçu par la version présentée en salles du film de Francis Lawrence, j'ai été ravi d'apprendre qu'une version alternative était disponible sur le DVD et le Blu-Ray du film récemment sortis. Uniquement disponible en VO sous-titrée, cette version du film comprend toute une séquence inédite dans la seconde partie qui introduit une fin tout à fait différente. Là encore, ça n'enlève pas le choix esthétique douteux concernant le look des infectés et ne traduit pas pleinement l'esprit du livre de Matheson, mais c'est tout de même bien plus satisfaisant selon moi. Laissant de côté la figure christique du personnage de Neville – comme elle était présentée dans la version cinéma (finalement très proche de la précédente adaptation, Le Survivant de Boris Sagal) et redonnant un semblant d'humanité aux infectés, cette version alternative offre un compromis bien plus subtil et un pseudo happy-end moins navrant que l'embrouillamini religieux à deux balles qui nous avait été offert en salles. Attention, je dévoile la fin du film (il vous suffit de surligner le texte pour le faire apparaître) : < Début > Suggérant une forme d'intelligence chez les infectés (ce qui était loin d'être le cas de la version cinéma), cette version alternative se rapproche davantage du bouquin. Ainsi, on comprend mieux la rage du "chef" des infectés puisque Neville a enlevé sa compagne. En outre, les infectés ne sont plus considérés comme une absolue monstruosité, mais comme une alternative humaine, ceux-ci craignant finalement plus Neville que l'inverse (comme dans le roman). D'ailleurs, en regardant le tableau où figure les photos de ses nombreuses victimes, celui-ci comprend cet état de fait basé sur une crainte mutuelle (qui fait de lui une menace pour cette nouvelle espèce, une légende assassine du jour). il n'est plus que le vestige d'une humanité désormais révolue, et les infectés le futur de l'homme (en quelque sorte). Il renonce ainsi à "soigner" sa captive et la relache, ses recherches d'un antidote ne servant plus à rien. Le monde a évolué vers autre chose. À ce stade-là, j'aurais aimé que l'inutile gamin passe à la trappe et que la femme ait un rôle différent (plus proche du livre). Ultime représentant de l'ancienne espèce des hommes, Neville aurait alors pu devenir une véritable légende (pareille à celle des contes anciens). Dommage que le réalisateur (le scénariste ?) n'ai alors pas eu le cran de l'achever ; ce qui aurait été bien plus logique. Toutefois,  on peut déjà se réjouir que l'existence providentielle du camp des survivants (en totale contradiction avec le titre d'ailleurs) ne soit pas explicitée. S'éloignant sur un pont à bord d'un 4x4, il ne reste plus que Neville, une femme, un enfant et le monde. Mais un monde nouveau...  < Fin >


Pour compléter la vision du film, je ne peux que vous conseiller de jeter un coup d'œil à l'article très intéressant que Rafik Djoumi a publié sur son passionnant blog. Cet article présente notamment le scénario qui avait été initialement écrit par Mark Protosevich, avant d'être complètement remanié et bousillé par Avika Goldsman. Cela permet de regretter que le film ne soit pas plus orienter dans ce sens car, malgré quelques modifications (qui, de plus, servent majoritairement le récit - hormis la fin qui est une nouvelle fois discutable où le héros devient un peu trop "hardcore"), le scénario initial de Mark Protosevich me semblait bien mieux convenir. Bien sûr, il va s'en dire que le lien qui suit dévoile des éléments cruciaux du film ET du livre : Je fus une légende

Enfin, pour ceux qui n'aurait pas le courage de lire le livre (bien que je vous le conseille fortement néanmoins !), je termine en faisant un petit comparatif du film de Francis Lawrence (dans sa version cinéma) et du livre de Richard Matheson (que je résume ici dans sa globalité). Comme vous pourrez le constater, la fin du livre est plus forte. D'ailleurs, rarement une fin de livre ne m'aura marqué par sa profondeur. C'est pourquoi je conseille une fois encore à chacun de lire le roman de Richard Matheson ; le maigre résumé que j'en fais ci-après ne rendant évidemment pas hommage à cette oeuvre magistrale qu'est Je suis une légende (Légendes de la nuit aux éditions Denoël, comprenant 3 autres histoires étant alors l'ouvrage qu'il vous faut). D'autant que je n'ai pas lu le livre depuis un moment que je risque d'écrire quelques inexactitudes ! ^__^



COMPARATIF ENTRE LE FILM DANS SA VERSION CINÉMA ET LIVRE (SPOILERS)


undefinedPour commencer, dans le roman (qui, au passage, date quand même de 1954), Robert Neville n'est à la base pas un scientifique de l'armée et n'a donc pas essayé de développer un antidote à cette pandémie. Bien au contraire, c'est un ouvrier lambda, habitant Los Angeles (ici, l'idée de transposer l'histoire à New-York pour le film me semble judicieuse comme développé plus haut) qui ne comprend pas vraiment ce qu'il se passe : pourquoi tout le monde semble infecté et pourquoi lui ne l'est pas (dans le film, son incertitude est moins forte et il apparaît donc comme un peu moins désemparé face à ces évènements).

Après plusieurs mois de solitude (enfin de solitude humaine, car les vampires ne cessent de le harceler), c'est dans les livres d'une bibliothèque abandonnée que Robert Neville va essayer de comprendre la situation. D'après ce qu'il en sait, cette pandémie semble d'origine bactériologique et provenir des tempêtes de poussière qui soufflent régulièrement sur ce monde post-apocalyptique. Les caractéristiques qu'il observe chez les infectés lui laisse penser que ces créatures se rapprochent de ceux que l'on nomme "vampires". En effet, cette nouvelle espèce, à laquelle il tient tête depuis des mois, a tout du vampire. Il s'agit néanmoins d'un vampire très loin des clichés romantiques de Bram Stoker, un vampire horrible et décérébré, un vampire dont la seule occupation semble être de se réveiller la nuit pour chercher des proies. Et chaque nuit, ces créatures viennent en masse gratter sa porte et ses murs, appelant Neville pour qu'il les rejoigne (dans le film, les vampires ne connaissent pas son repère). Parmi ses monstres, il reconnaît anciens amis, voisins et garde en mémoire l'image de sa femme et de sa fille qu'il a lui-même précipité à la mort dans leurs derniers instants (dans le film, sa femme et sa fille meurent dans un stupide accident d'hélicoptère).

Pour se défendre de ses créatures, Neville va d'abord partir en quête du livre Dracula de Bram Stoker et s'armer des sempiternels chapelets d'ail, pieux en bois ou encore croix chrétiennes répulsives (ici Richard Matheson, l'auteur, joue volontairement sur ces clichés du vampirisme connus de tous pour apporter une dose d'humour à son livre en se moquant ironiquement de l'image que l'on se fait des vampires).

Ainsi, Neville vit-il dans une maison barricadée, fortifiée contre les attaques nocturnes, ne sortant que pendant la journée pour tuer dans leur sommeil quelques-uns de ces monstres d'un pieu en plein cœur et pour partir à la recherche de produits de première nécessité ; puis il se retire chez lui à la tombée de la nuit pour survivre et noyer son angoisse dans l'alcool (dans le film, cet angoisse du héros est bien moins palpable). Il se réveille ainsi, chaque matin, dans un climat d'horreur, étouffé par la solitude et les remords. Parfois, un cadavre de femme déchiqueté est déposé par les autres devant sa porte (comme je disais plus haut, dans le livre, les vampires du livre connaissent l'habitation de Neville depuis le début). C'est pourquoi celui-ci a accroché croix et chapelets d'ail tout autour de sa demeure pour les faire fuir, et qu'il passe un certain temps chaque matin à réparer les dégâts de la nuit.

Avec le temps, Neville va évoluer dans sa façon de considérer les choses et ainsi obtenir une bien meilleure compréhension de la situation. C'est ainsi qu'il va peu à peu sortir de cette pensée mythologique du vampirisme pour aborder le problème de manière plus scientifique et bactériologique, troquant ses condiments et ses pieux contre un microscope et des produits chimiques. De cette manière, celui-ci parviendra à comprendre scientifiquement l'effet du pieu planté dans le cœur par une suite de réactions chimiques liées à la bactérie inconnue (ici, on ne peut pas nier que Richard Matheson use d'un raccourci un peu facile pour son récit vu la facilité déconcertante qu'a le héros à comprendre les aléas de la science ; enfin bon...). De leur côté, les vampires en feront d'ailleurs autant, orientant leurs recherches vers un moyen chimique de supporter – au moins pendant un temps – la lumière du jour (un des principales différences du livre réside dans le fait que les créatures ne sont pas toutes décérébrées, une évolution semble s'être opérée et certains vampires ont ainsi développés une intelligence significative).

À un moment du récit (vers le milieu du roman je crois), Neville va faire connaissance avec le fameux chien (qui n'est donc pas celui de sa fille et apparaît assez tardivement). C'est alors toute une phase d'approche pour mettre en confiance le chien qui va s'opérer car le pauvre a été traumatisé par les vampires qui le chassaient. Après bien des tentatives, Neville parviendra à approcher le chien, mais ce dernier connaîtra un destin bien funeste (mais d'une façon différente que dans le film)...

Plus tard, il rencontrera une femme d'apparence humaine également, mais celle-ci n'est pas accompagnée par un enfant. Cependant, la joie de cette découverte sera de courte durée car des vampires très organisés, visiblement ceux qui ont évolués, vont parvenir à envahir la demeure de Neville ; et celui-ci finira assommé par l'un d'eux.

Fait prisonnier par les vampires, Neville comprend que sa fin est proche. Il va également avoir la stupeur de découvrir que la femme qu'il a rencontré n'était pas une survivante humaine, mais l'un de ces vampires évolués. Elle avait pour mission de l'espionner et de comprendre pourquoi Neville voulait les tuer.

undefinedNous découvrons alors que les vampires ont réussi à reformer une forme de société dans la nuit ; ceci grâce aux médicaments qu'ils prennent pour contrôler le virus. Pour eux, c'est lui, Neville, qui est l'intrus, l'étranger, le maudit qui a tué un membre de la famille de chaque vampire durant leur sommeil. Ils le condamnent à mort par vengeance et par crainte, car ils ne le comprennent pas et le détestent.  Seule l'espionne vampire qui a compris que Neville n'avait aucune idée de ce qu'étaient vraiment les vampires, lui offre de quoi décider librement de sa mort (du cyanure, si je ne m'abuse).

Comme Dracula dans le monde des humains hier était la créature légendaire qui s'en prenait aux humains la nuit, Neville dans le monde des vampires de demain est voué (en tant que dernier représentant de l'Homme) à occuper cet espace devenu soudainement vacant de l'imaginaire de légende ; il deviendra l'homme qui assassinait les vampires le jour, l'homme des vieilles légendes. Les derniers mots du livre que prononcent Neville avant de mourir "Je suis une légende", proviennent ainsi de l'inversion totale du monde tel qu'il le voyait. La majorité définit la norme. Lui est une relique de l'humanité passée, une rumeur, un être détesté par tous ces nouveaux "humains". Il est devenu une légende. Comme vous le voyez, la fin du livre est autrement plus riche de sens (et bien plus sombre) et ne fait pas de Neville le sauveur de l'humanité.


FIN DES SPOILERS




Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Estelle 21/02/2012 13:37



J'ai vu ce film pour la première fois il y a trois ans et déjà,
j'avais été très déçue à cause des effets spéciaux. La mocheté des vampires m'avait gâché le visionnage, du coup, j'avais apprécié toute la 1ère partie, avant de découvrir les monstres mais le
reste, beaucoup moins.
Puis, un bel et sombre inconnu m'a
offert Légendes de la
nuit de Richard Matheson (un très bel
ouvrage), j'ai donc eu l'occasion de lire Je suis une légende. Le
choc ! C'est une nouvelle fantastique, dans les deux sens du terme. Un pur régal à lire. Au fil de la lecture, on découvre des détails riches et impressionnants (comme l'odeur nauséabonde dans
les magasins d'alimentation par exemple) qui permettent une immersion totale dans l'histoire. La trame est passionnante et le fait de suivre Neville dans sa réflexion implique le lecteur dans
l'intrigue. D'ailleurs, les explications scientifiques du vampirisme auquel il aboutit sont intéressantes, la logique de Matheson en elle-même est intéressante. Suite à cette lecture, déjà, mes
souvenirs du film ne collaient absolument pas avec l'œuvre de Matheson.
J'ai alors eu une envie irrépressible de revoir le film (à
4h du matin, inutile de préciser que je déteste tendrement le bel et sombre inconnu !) et effectivement, pour une fois, ma mémoire de poisson rouge ne m'a pas bernée. Je ne comprends même pas que
ce film porte ce titre ainsi que celui "d'adaptation". Rien, absolument rien ne colle avec le bouquin excepté le nom du héros, et encore, il est censé être blond aux yeux clairs, barbu et un peu
engraissé par ces années de solitude et d'alcool. Au final, bien que j'adore Will Smith et qu'il soit ici très convainquant, il n'est pas le Neville que je m'étais construit mentalement. Il est
black, rasé de près avec une musculature très sèche. Et si encore les différences s'arrêtaient là mais non, que ce soit le métier, la personnalité, l'état d'esprit, le caractère, le passé, les
goûts musicaux, RIEN ne colle.


 


L'angoisse liée à la solitude ressentie par Robert Neville dans le
manuscrit n'est assurément pas retranscrite dans le film et comment le pourrait-elle ? Il est accompagné d'un chien depuis 3 ans donc il n'a jamais connu la solitude absolue du Robert écrit par
Matheson. Un chien fait, certes, un passage très bref dans sa viduité et son isolement mais rien à voir avec le fait d'avoir un compagnon animal au quotidien à qui on peut parler, qui donne de
l'affection et qui partage notre vie. Ce détail change tout.


 


Mais j'ai envie de dire que c'est un petit détail dans un océan de
gros détails. Ils ont été jusqu'à changer les noms de sa femme et de sa petite fille (ici renommée « Marley »...) alors que ça ne présente aucun intérêt ! Quant au fait de remplacer
leur mort tragique et fortement marquée émotionnellement pour Robert Neville par une mort ridicule en hélicoptère, j'ai envie de dire NO COMMENT. Le livre entier est quasiment articulé sur la
mort de Virginia, sur le manque vécu par Neville et sur le traumatisme d'avoir perdu la femme qu'il aimait de cette façon là. De toute façon, sur les 5 personnages du roman (ce qui, en soi, est
peu, chaque personnage a donc une importance capitale), deux ont été supprimé (Ben Cortman) ou remplacé maladroitement (Ruth). L'alcool, la musique classique, les pieux, l'ail (ect...) ont
disparu, les vampires ne sont pas HS dans la journée, Robert ne les chasse pas, ils n'érigent pas de nouvelle société... Bref, on peine à trouver des points communs.


 


Alors certes, il y a de bonnes choses dans le film : les mannequins
qu'il utilise pour ressentir une présence, la scène dans l'entrepôt quand Sam poursuit le cerf (riche en angoisse), la scène où il doit tuer son chien (riche en émotions), la scène avec Shrek qui
marque bien l'appauvrissement de ses habilités sociales ainsi que son ennui...ect... Même si ce n'était pas présent dans le bouquin, visuellement, c'est efficace donc adapté à un film. Mais
concrètement, Je suis une légende de Lawrence est une trahison complète et totale de l'œuvre de Richard Matheson. C'est assez impressionnant d'ailleurs de voir un tel
appauvrissement et une telle infidélité à l'œuvre adaptée, c'est de la félonie à ce niveau là ! Quant à la fin, je dirais simplement que c'est un hors-sujet, un contresens inacceptable pour une
adaptation où, il me semble, on se doit de préserver l'essence de l'œuvre originale. Ici l'essence de Je suis une légende a été sauvagement piétinée.


 


En définitive, je suis donc d'accord avec toi : Je suis une
légende (le film) est à regarder indépendamment du livre, comme un film à part entière et non comme une adaptation puisque ça n'en est simplement pas une. On pourra alors excuser la
laideur des CGI et se laisser porter par le film. L'injure faite à la Nouvelle de Matheson est, quant à elle, impardonnable. 

Shin 19/04/2012 09:28



Coucou Estelle,


 


Je ne peux qu'abonder dans ton sens concernant la trahison complète de l'oeuvre que répresente le film de Francis Lawrence. J'en parle déjà assez longuement dans mon avis (notamment dans la
dernière partie où j'essaie de comparer le roman de Richard de Matheson et le film). Pour le reste, tu as également noté un certain nombre d'autres différences incompréhensibles et assez
inexcusables.


 


En fait, je n'arrive pas à réellement bien m'expliquer le pourquoi du comment de ses modifications ; car non seulement elle n'apporte strictement rien, mais en plus elle trahisse complètement
l'esprit du roman original (c'est aussi vrai concernant les créatures hideuses en CGI qui auraient gagné à être représentées autrement)... Cela dit, le film de Boris Sagal (Le Survivant avec Charlton Heston) n'était guère convaincant non plus
; notamment dans sa représentation totalement risible de la société des vampires. À la limite, celui de Ubaldo Ragona et Sidney Salkow (Last Man on Earth avec Vincent Price), bien que très daté (son rythme est vraiment très lent), reste clairement
le seul qui a su rester fidèle à l'oeuvre de Matheson. Certes, tout n'y est pas parfait, mais l'essentiel a été préservé et, de loin, Vincent Price demeure la meilleure incarnation
filmée de Robert Neville à ce jour. Même si, au final, la meilleure adaptation (officieuse) de Je suis une Légende a toujours été à mes yeux La Nuit des morts-vivants de George A. Romero. La trame du film de
Romero ne reprend évidemment pas celle du roman de Matheson, mais l'ambiance et surtout l'essence même du roman (Qui est le véritable monstre ? L'homme ou le vampire/mort-vivant ?) ont été
parfaitement retranscrites.


 


Shin.



freako 04/07/2009 13:03

CoucouMerci !Oui j'ai pu voir la fin alternative sur le net et je trouve en effet qu'elle arrange grandement les choses. Amicalement  Fr.

Shin 04/07/2009 14:11



Salut Freako,

Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à penser ainsi. En revanche, si tu as l'occasion (et l'envie), n'hésites pas à revoir le film en version alternative. D'une part, la
conclusion gagne en intensité. D'autre part, et surtout suis-je tenté de dire, le film comprend également quelques différences et scènes inédites en cours de projection qui l'améliorent
sensiblement. Certes, on est loin de la perfection. Mais le résultat est nettement plus satisfaisant.

Amicalement,

Shin.



Freak 11/05/2009 22:58

Beau boulot ! C'est clair que le scenario est décevant par rapport au potentiel du roman...Sur le même thème un article sur l'idéologie des blockbusters:http://freakosophy.over-blog.com/article-31260966.htmlBonne lectureF 

Shin 04/07/2009 11:24



Bonjour Freak,

Je te renvoie le compliment car ton billet est sacrément fouillé et détaillé !

En revanche, je me demande juste si tu as déjà eu l'occasion de voir le film dans sa version alternative. Certes, elle n'est pas spécialement plus fidèle à la conclusion originale du roman.
Néanmoins, je trouve que le film s'en trouve nettement amélioré et que l'esprit général correspond déjà un peu plus à celui de Richard Matheson. Ce n'est évidemment pas parfait, mais c'est
suffisant meilleur pour que j'ai eu envie de me procurer le Blu-Ray.

Amicalement,

Shin.



Medigane 28/07/2008 14:09

Merci énormément pour cette visite sur ton cite depuis plusieurs heures je crois.
J'ai enchaîné les critiques de La nuit des morts vivants et des différentes adaptations de Je suis une légende avant de finir ici.

Tout était très clair, très bien argumenté et renseigné. C'est un plaisir de lire quelqu'un qui sait de quoi il parle. Tu as une vraie passion pour cette histoire, c'est pas possible !

Enfin, je reviendrai ici parce que c'est argéable de lire quelqu'un sur overblog qui fait un blog cinéma argumenté et qui ne se contente pas de copier-coller des résumés d'allo-ciné.

Merci encore pour ces passionnantes lectures et à bientôt

Shin 29/07/2008 09:09



Hé hé...

Effectivement, je suis un grand fan du roman de Matheson. Je le tiens toujours pour mon préféré. Les questions qu'il soulève sur l'homme derrrière une histoire fantastique rondement menée sont
passionnantes. Ce que j'aime justement dans la saga des morts-vivants de Romero, c'est justement qu'il a su conserver l'essence du bouquin en y apportant sa touche personnelle. Faisant de ces
films d'excellents divertissements premier degré pour les amateurs du genre et d'incroyables sources de réflexion en parallèle. Cette réussite des genres est fabuleuse !

Amicalement,

Shin.



Pierre 08/07/2008 13:59

J'ai préféré le film au livre mais c'est loin d'être un chef d'oeuvre. Les vampires sont moches, les animaux en CGI aussi.