Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Pixar, la collection des courts-métrages : volume 1

pixar-courtsmetrages1.jpgDVD distribué par Walt Disney Home Entertainment , sorti le 6 décembre 2007

Contenu :
- Les premiers 13 courts-métrages de Pixar (de 1984 à 2007)

Bonus :
- L'histoire des courts-métrages (documentaire en v.o.s.t.)
- Commentaires audio sur 11 courts-métrages par le réalisateur ou les cinéastes
- 3 bonus cachés (Luxo Jr. pencil test, Beach Chair, Flags & Waves)
- Animations Pixar vues dans Sesame Street en v.o.s.t. (Surprise, Light and Heavy, Up and Down, Front and Back)




Mon avis http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif









LES AVENTURES D'ANDRÉ ET WALLY B.
Réalisé par Lucasfilm en 1984 d'après une idée d'Alvy Ray Smith
Titre original : The adventures of André & Wally B.

"Après une bonne sieste en forêt, André se retrouve nez à nez avec une abeille au dard acéré..."

Mon avis http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

Avant de devenir le célèbre studio d'animation que l'on connait, Pixar était une société informatique développant des ordinateurs et des logiciels de calculs. À la demande de Georges Lucas, la société engagea John Lasseter, un jeune animateur de Disney pour essayer de faire un film d'animation avec un ordinateur.  Pour mémoire, les effets numériques n'en étaient qu'à leurs balbutiements. En 1982, Disney  produisait le mythique Tron que réalisa Steven Lisberger (et dont une improbable suite, logiquement appelé Tron 2.0, est actuellement en production avec le retour annoncé de Jeff Bridges) et qui fit alors l'objet d'une bombe. Aujourd'hui, même si le film est toujours une référence du genre, ses effets-spéciaux sont clairement devenus obsolètes. Pourtant, le travail a l'époque a dû être faramineux et l'a simple idée de réaliser film entièrement en images de synthèse relevait quasiment de l'utopie. C'est dire si la volonté de Lucasfilm (Pixar n'étant alors qu'une simple division de la société de George Lucas) de scénariser ce qu'on nommait alors vulgairement une "démo" informatique était audacieuse et révolutionnaire.

Encore inédit en France à ma connaissance, ce "quasi" premier court-métrage de Pixar, qui date déjà de près de vingt-cinq ans (autant dire une éternité dans le domaine des effets numériques), préfigure d'une maîtrise exemplaire dans le domaine de l'animation tout numérique. Forcément désuet face aux standards actuels d'un point de vue purement visuel, ce premier essai est surtout une parfaite illustration de la créativité d'une équipe pionnière dans le domaine. Cette saynète très courte, un peu trop même, doit donc plus se regarder comme une curiosité intéressante que comme un divertissement à part entière (notons toutefois une bande originale plus qu'agréable). Toutefois, c'est déjà un très bon début pour cette petite entité alors tâtonnante.

LUXO JR.
Réalisé par John Lasseter en 1986

"Jeux de lampes... ou comment rendre une petite lampe de bureau aussi attendrissante q'un être vivant ! "

Mon avis :  http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

Deux ans plus tard donc, Steve Jobs (le co-fondateur d'Apple) rachète les services d’infographie de la société à Lucasfilm (pour une poignée de dollars d'une valeur de 10 millions) et fonde officiellement Pixar. La même année, leur "premier" né, Luxo Jr, est nominé pour l’Oscar du meilleur court-métrage. Déjà, Pixar atteint des sommets. Chose surprenante, Luxo Jr. ne recevra pas l’oscar mais se rattrappera à travers le monde en rafflant plus d'une vingtaine de prix prix à travers le monde (dont lOurs d'argent au festival du cinéma de Berlin). La petite lampe héroïne de cette histoire est connue de tous, y compris ceux ne connaissant pas le court métrage, puisqu'elle deviendra dès lors l’emblème du studio.

Présenté en introduction de Toy Story 2 dans les salles obscures, Luxo Jr. n'a en rien perdu de sa superbe aujourd'hui ; c'est-à-dire plus de vingt ans après. Maîtrisant parfaitement toutes les ressources de l'animation numérique de l'époque, l'équipe de John Lasseter choisit astucieusement d'animer des objets d'ordinaire inertes (et ayant l'avantage de présenter une texture assez lisse et uniforme) au lieu d'être vivants (bien plus difficiles à modéliser alors) et trouve le moyen de nous émouvoir en nous présentant les pérégrinations d'une lampe de bureau "maman" et de son rejeton facétieux. C'est drôle, graphiquement bluffant pour ce qu'il convient d'appeler un "dinosaure" numérique et également très réussi d'un point de vue sonore ; les bruitages étant étonnamment précis et bien intégrés. Bien sûr, le court-métrage s'adresse plus volontiers à un public jeune. Toutefois, les plus grands y trouveront aussi leur compte grâce à cet incroyable génie que possède le studio à donner vie à la plus improbable des choses inanimées.


RED'S DREAM
Réalisé par John Lasseter en 1987

"Par un soir de pluie dans un magasin de vélos, Red, un petit monocycle abandonné, rêve d'une gloire improbable en compagnie d'un clown nommé Lumpy..."

Mon avis http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

Probablement le plus "sombre" court-métrage réalisé par le studio Pixar, Red's dream est à ma connaissance encore inédit en France. Au-delà de ses qualités graphiques une fois encore impeccables (dont la texture de la pluie est un brillant exemple), ce court-métrage surprend surtout par son ambition scénaristique. Si l'excellent Philip K. Dick s'interrogeait déjà en 1966 dans un roman en posant la question :  Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?  (rendu culte au cinéma par un certain Ridley Scott sous le titre  Blade Runner), John Lasseter en fait de même en 1987 avec un objet des plus incongrus puisqu'il s'agit d'un monocycle.

Celui-ci rêve en effet de gloire au sein d'une arène de cirque où il tiendrait la vedette avec un clown acrobate, au point même de la lui ravir ; le point fort de Red's dream étant de se garder d'être explicite sur la "réalité" de ce que l'on observe : souvenir d'une autre époque ou rêve fantasmé ? Et si le roman de Philip K. Dick eut pour un temps en France le titre de Robot Blues, ce court-métrage aurait tout autant plus se nommer Monocycle Blues tant il respire la mélancolie. Cette absence d'humour, si caractéristique des autres Pixar, est ici compensée par cette étonnante émotion procurée par une "simple" roue de vélo améliorée. Peut-être pas aussi fun que les autres réalisations du studio, Red's dream n'en demeure pas moins très touchant et c'est donc sans surprise qu'il remporta l'année de sa sortie le prix du festival du film d’animation de Zagreb.


TIN TOY
Réalisé par John Lasseter en 1988

"Un jouet musical tente d'échapper à un redoutable bébé...."

Mon avis :  http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

Préfigurant très fortement Toy Story et Monstres & Cie, ce court-métrage réalisé il y a tout juste vingt ans narre les péripéties d'une bande de jouets animés tyranisé par un bébé aux pulsions destructrices. Il fut à l'époque le premier court du studio à remporter l'Oscar du meilleur-court métrage.

Plutôt drôle et doté d'une bande-son une nouvelle fois très inspirée, Tin Toy n'est pourtant pas le plus bluffant des court-métrages Pixar. En effet, si le truculant petit jouet homme-orchestre est très attachant, le bébé est d'apparence assez hideuse. Ce dernier, qui bénéficie quand même d'une animation faciale assez impressionnante pour l'époque, permet surtout de voir à quel point l'équipe de John Lasseter a évolué. Pour le reste, il s'agit d'un petit divertissement bien agréable.

KNICK KNACK
Réalisé par John Lasseter en 1992

"Un pauvre bonhomme de neige va user de tous les stratagèmes pour s'échapper de la boule de cristal dans lequel il est enfermé, ceci dans le but de rejoindre une plantureuse playmate qui fait la fête avec les autres bibelots de la maison..."

Mon avis http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif

Sorti en introduction du film d'animation Le monde de Némo, ce cout-métrage de 1989 est le premier du studio à avoir été réalisé en 3D stéréoscopique (c'est-à-dire visionnable en relief grâce au port de lunettes adéquates, la version présentée ici n'offrant évidemment pas cette possibilité). Mais surtout, Knick Knack est le premier "gros coup" de la part de Pixar. La qualité du travail du studio est sans faille ; l'animation fantastique, la musique originale épatante et le scénario très ingénieux du court-métrage permettant une montée en puissance joussive dans un humour aussi sadique qu'hilarant.

Un monument du genre que je ne me lasse pas de revoir. Le seul tout "petit" reproche que je pourrai faire concerne cette discutable censure dont semblent avoir fait l'objet les naïades étant donné que leurs imposantes poitrines semblent avoir fondu comme neige au soleil. Heureusement, cette pudiponderie ridicule n'altère en rien le plaisir ce délice de quatre minutes aux allures très "Tex Avery".

 

LE JOUEUR D'ÉCHECS
Réalisé par Jan Pinkava en 1997
Titre original : Geri's game

"Geri se lance dans une partie d'échecs. Il apparaît comme un gentil vieillard, mais en changeant de côté pour jouer avec les pions noirs, il devient son propre alter ego, plus rapide et plus jeune..."

Mon avis http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif

Sorti avec 1001 Pattes, Le joueur d'échecs est le premier court-métrage à ne pas être réalisé par le talentueux John Lasseter. C'est donc Jan Pinkova qui se retrouve aux commandes de ce court qui se sera fait attendre : neuf ans séparent en effet celui-ci du dernier en date, Knick Knack. Et si le précédents opus n'ont pas démérité d'un point de vue purement technique, il faut tout de même reconnaître les incroyables progrès du studio dans le domaine de l'animation numérique. Les décors, splendides, fourmillent de détails et, surtout, un humain est pour la première fois représenté de manière aussi réaliste (ce qui vaudra au studio un autre Oscar dans la catégorie meilleur court-métrage). Bien sûr, le personnage reste très cartoonesque, mais ses mouvements tout comme ses expressions, à savoir parfaits, font de lui un personnage extrêmement attachant.

Avec un postulat simplissime (un vieil homme jouant aux échecs tout seul), Pixar parvient le tour de force de réaliser un court-métrage où le comique de situation côtoie admirablement la tendresse affectueuse. Geri (certainement français à en juger par l'accompagnement sonore) est un personnage fait certes de codes informatiques, mais au sourire incroyablement communicatif. Et quel plaisir de le retrouver en réparateur de jouets dans une courte séquence de Toy Story 2 ! Indéniablement, Le joueur d'échecs s'impose donc comme un classique du genre qu'il indispensable de voir, et revoir.


DRÔLE D'OISEAUX SUR UNE LIGNE À HAUTE TENSION
Réalisé par Ralph Eggleston en 2001
Titre original : For the birds

"Un oiseau un peu envahissant, et surtout très maladroit, essaie difficilement de s'intégrer à une bande de volatiles nerveux et égoïstes en se posant sur la ligne à haute tension qu'ils occupent..."

Mon avis : http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif

Sorti en introduction de Monstres & Cie, ce nouvel opus Oscarisé est encore une fois prodigieux. Réalisé en 2001 par Ralph Eggleston, Drôles d'oiseaux sur une ligne à haute tension suit l'intrégation difficile d'un oiseau un peu gauche  au sein d'une bande de volatiles moqueurs. En utilisant un comique visuel qui n'est pas sans rappeler les univers de Chuck Jones ou de William Hanna & Joseph Barbera, ce court-métrage est un régal des yeux où se côtoient excellence graphique et prouesses techniques.

Aussi génial que Le joueur d'échecs,
Drôles d'oiseaux sur une ligne à haute tension est sans conteste l'un des meilleurs du studio. C'est touchant et raffiné. Ça parle de tolérance et même d'humanité. C'est surtout très drôle et absolument incontournable.


LA NOUVELLE VOITURE DE BOB
Réalisé par Peter Docter en 2002
Titre original : Mike's new car

"Bob n'a qu'une envie : montrer sa nouvelle voiture à son ami Sulli. Mais il a quelques difficultés à maîtriser le véhicule..."

Mon avis : http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

Complément du film Monstres & Cie, La nouvelle voiture de Bob se trouvait déjà sur le DVD du film.  Ce court-métrage fut doublement précurseur pour Pixar. En effet, il s'agit du premier du studio à contenir des dialogues  parlants et aussi le premier de ceux à reprendre des personnages sortis au cinéma. On y retrouve donc les deux personnages principaux du film d'animation de Pete Docter (qui officie également ici à la réalisation), Lee Unkrich et David Silverman. Bob (Mike pour les américains, je n'ai jamais compris cette traduction absurde...) veut montrer à son complice Sulli toutes les superbes options de la voiture qu'il vient d'acquérir, et qu'il ne maîtrise visiblement pas très bien.

Détail appréciable, 
La nouvelle voiture de Bob reprend les voix originales du long-métrage (Billy Cristal et John Goodman pour la version américaine, Jacques Frantz et Éric Métayer dans la version française). Aussi burlesque et riche en gags que du Buster Keaton, ce court dérivé d'un des meilleurs longs de Pixar est aussi savoureux que drôle. Nos deux compères sont toujours aussi attachants et le rendu tant visuel que sonore est une nouvelle fois bluffant. Il n'est donc pas très surprenant que le court-métrage ait été une nouvelle fois couronné d'un Oscar.

SAUTE-MOUTON
Réalisé par Bud Luckey en 2004
Titre original : Boundin'

"Les aventures d'un petit mouton, véritable coqueluche de la prairie pour ses talents de danseur, qui tombe dans une profonde déprime le jour où on le tond. Un lapin-antilope va alors lui apprendre le sens de la vie en chansons... et en bonds !"

Mon avis : http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

Sorti avec Les Indestructibles, Saute-Mouton est indéniablement le court-métrage le plus musical de ce DVD anthologique. Très atypique, Saute-Mouton est l'œuvre d'un seul homme : Bud Luckey. Celui-ci a en effet écrit,  composé, réalisé et produit ce court-métrage. En outre, il prête même sa voix (en VO) au narrateur de cette petite fable.

Assez amusant sans être hilarant, Saute-Mouton est un court très bien réalisé où image et musique se mélangent à merveille (ce qui lui vaudra de nouveau d'obtenir l'Oscar). Plus appréciable en VO pour ses chansons enjoués, ce court-métrage se moque gentiment des contes moralisateurs au rythme d'une bande-son entraînante qui plaira davantage aux plus jeunes d'entre nous.

BABY-SITTING JACK JACK
Réalisé par Brad Bird en 2005
Titre original : Jack-Jack Attack

"Qu'est-il arrivé à Jack-Jack Parr, et à sa baby-sitter, pendant l'absence de ses indestructibles parents ? La réponse dans ce court-métrage... "

Mon avis : http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

À l'instar de La nouvelle voiture de Mike, Baby-sitting Jack Jack reprend un long comme base de l'histoire. Le court-métrage met donc en vedette le bébé Jack Jack du film Les Indestructibles qui va mener la vie dure à Kari, sa baby-sitter. D'ailleurs, et pour être exact, Baby-sitting Jack Jack n'est pas un court-métrage à proprement parlé, mais plutôt une scène coupée du film d'animation réalisé par Brad Bird.

Via une aventure qui n'est pas sans rappeler l'introduction du film Qui veut la peau de Roger Rabbit ? de Robert Zemeckis (où le fameux lapin devait s'occuper du "mignon" Baby Herman), Baby-sitting Jack Jack plaira à coup sûr aux aficionados du film Les Indestructibles qui seront ravis de découvrir, et de la façon la plus amusante qui soit, l'étendue des pouvoirs du cadet de la super-famille Paar .

L'HOMME ORCHESTRE
Réalisé par Mark Andrews & Andrew Jimenez en 2005
Titre original : One man band

"Une petite fille rencontre deux musiciens de rue. À qui ira sa seule et unique pièce ? Le duel s'engage..."

Mon avis : http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif

Sorti en préambule de Cars, L'homme orchestre est un magnifique court-métrage réalisé par Mark Andrews et Andrew Jimenez (dont l'homonymie est assez amusante) et qui, une fois encore, sera couronné par un Oscar. Contrairement à ce que le titre annonce, il s'agira bien du duel de deux hommes orchestre qui rivaliseront de trouvailles musicales pour charmer la petite fille (et nous par la même occasion).

Depuis le petit jouet multi-musicien de Tin Toy en 1988, Pixar a énormément progressé pour nous offrir un court-métrage d'une aussi grande qualité aussi somptueux qu'enchanteur. Le retranscription de cette petite place pittorresque d'un village italien est magnifique, la réalisation fabuleusement rythmée et l'histoire riche de rebondissements inattendus. Mais surtout, L'homme orchestre est un court-métrage très drôle à la musique enivrante, aux personnages captivants et, sans nulle doute, l'un des meilleurs du studio.

MARTIN ET LA LUMIÈRE FANTÔME
Réalisé par John Lasseter & Dan Scanlon en 2006
Titre original : Mater and the ghostlight

"Martin, sympathique dépanneuse de Radiator Springs, prend peur quand on lui raconte une inquiétante histoire de lumière fantôme..."

Mon avis : http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif

Esthétiquement irréprochable, ce complément de Cars reprend donc tous les personnages du film d'animation en laissant le beau rôle à la sympathique petite dépanneuse rouillée de Radiator Springs.

Bien que magnifique visuellement, notamment concernant les jeux de lumière saisissants, Martin et la lumière fantôme est un peu en deçà des autres courts reprenant les personnages d'un long. L'histoire, certes amusante, n'est en effet pas très originale. Cela dit, même si le court-métrage semble destiné à un public lassez jeune, le capital sympathie  toujours aussi fort des personnages lui permet d'être un divertissement honnête et globalement amusant pour tout le monde.
 
EXTRA-TERRIEN
Réalisé par Gary Rydstrom en 2007
Titre original : Lifted

"Quand un jeune extra-terrestre apprend les rouages de l'enlèvement d'humains sous l'œil acerbe d'un moniteur minutieux, cela devient vite un véritable festival de gags venus d'ailleurs !"

Mon avis http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif

Sorti au cinéma en même temps que Ratatouille, Extra-Terrien nous montre donc un hilarant examen de conduite où un jeune extra-terrestre va, tant bien que mal, tenter de convaincre son instructeur qu'il est à même de mener un enlèvement humain sans anicroche. Évidemment, rien ne va se passer comme prévu pour cet apprenti  ravisseur des étoiles déboussolé face un tableau de bord aux commandes aussi nombreuses qu'identiques.

Multi-référentiel, empruntant aussi bien à la série mythique X-Files qu'au film Signes de Night M. Shyamalan, Extra-Terrien est court-métrage d'une qualité visuelle et sonore comme toujours irréprochable. Imaginatif, coloré et d'une réalisation remarquable, ce court-métrage s'impose déjà comme l'un des plus drôles produit par Pixar.


En conclusion de cette très longue présentation du DVD Pixar, la collection des courts-métrages : volume 1 (il n'en fallait pas moins, mais attention au surmenage !), on pourrait judicieusement me demander où se situe l'intérêt de ce produit à partir du moment où ces courts-métrages sont déjà disponibles sur les DVD des longs-métrages de Pixar ? La question, bien qu'intéressante, élude deux points importants. D'une part, le présent DVD contient un certain nombre d'éléments inédits non négligeables (comme de pertinents commentaires audio des créateurs et des animations exclusives, par exemple). D'autre part, et surtout, il offre une vision d'ensemble sur les vingt-cinq premières années de ce studio, leader incontestable de l'animation numérique, alliant créativité, maîtrise et succès.

Et l'histoire ne s'arrête pas là étant donné qu'un court-métrage inédit (et malheureusement non disponible ici) de Jim Capobianco, intitulé Notre ami le rat, vient compléter le DVD sorti récemment du film Ratatouille de Brad Bird.
L'animation "traditionnelle" est morte, vive Pixar !


Pour voir d'autres billets dédiés aux courts : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cinéphile Amateur 09/04/2008 21:31

Je les ai vus il y a pas longtemps et j'ai adoré bien que j'y ait trouvé dans certains une certaine tristesse et un certain sentiment de solitude mais j'interpréte peut etre mal :$

Vlad

:0051:Sebiwan 09/04/2008 09:41

Je l'ai à la maison, on rigole bien... On voit l'évolution des animations par ordinateurs... c'est fantastique le progrès. On se rend compte qu'à l'époque dans les années 80, il savait déjà faire de bonnes animations.