Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

The Expatriate

The ExpatriateRéalisé par Philipp Stölzl, sorti le 26 septembre 2012

Avec Aaron Eckhart, Olga Kurylenko, Liana Liberato, Neil Napier, Debbie Wong, Alexander Fehling, Kate Linder, Garrick Hagon ...

"Après plus de 14 années comme membre de la CIA, Ben Logan (Aaron Eckhart) décide de prendre un nouveau départ et de renouer des liens avec sa fille Amy âgée de 15 ans (Liana Liberato) et qu’il connaît à peine. Il accepte alors un travail d’expert en sécurité en Belgique pour une corporation multinationale. Un matin alors qu’il arrive au travail, Logan découvre que sa division n’existe plus, ses collègues ont disparu et son assistante se révèle un agent dont la mission est de le tuer avec sa fille. Afin de survivre, Logan et Amy prennent la fuite, avec une équipe hautement entraînée à leurs trousses..."




Mon avis
 
(passable) :
  


 

 

Depuis que je l'ai découvert en irrésistible biker amoureux de Erin Brokovich dans le film éponyme de Steven Soderbergh, Aaron Eckhart fait partie de ces quelques acteurs qui par leur seul présence peuvent me pousser à voir un film. Encore trop rarement mis à l'avant de productions d'envergure (son excellente partition dans The Dark Knight de Christopher Nolan ayant été assez largement éclipsée par l'hallucinante interprétation du trop rapidement disparu Heath Ledger), le comédien n'en demeure pas moins pour moi une valeur sûre qui, même dans un film très moyen (Fusion – The Core, Paycheck), parvient toujours à rester convaincant. Aussi à l'aise dans le registre du drame satirique (Thank you for smoking), de la romance contrariée (Conversation(s) avec une femme), de la comédie familiale légère (Le Goût de la vie) ou de l'action bourrine sévèrement burnée (World Invasion : Battle Los Angeles), le caméléon Aaron Eckhart avait donc largement le potentiel pour endosser un rôle qui semble calqué sur les récents succès de Liam Neeson, Matt Damon encore Kiefer Sutherland.    

 

À la vue de ce The Expatriate, où il est question de conspiration gouvernementale, d'identité volée et d'agent de la CIA dupé, il est en effet difficile de ne pas songer à La Mémoire dans la peau de Doug Liman ou encore Sans identité de Jaume-Collet-Serra (on retrouve aussi nombreux aspects du formidable Ennemi d'État réalisé par le regretté Tony Scott ; le maître-étalon en la matière). De même, à travers ce dur-à-cuir sur-entraîné par les services secrets et ultra-protecteur envers sa fille (blonde, évidemment), il est quasiment impossible de ne pas voir l'influence manifeste du Jack Bauer de 24 heures chrono ou du Bryan Mills de  Taken. Réalisé par le totalement inconnu Philipp Stölzl, The Expatriate surfe donc allégrément sur ces succès et s'adresse, en priorité, aux amateurs de ce type de divertissements. Et bien que ce premier long-métrage soit filmé sans fulgurance ni génie, la mise en scène du cinéaste allemand s'avère tout à fait honorable ; les scènes d'action, bien que somme toute très basiques, restant en effet assez bien troussées. On apprécie également le côté rafraîchissant des décors ; Bruxelles et Anvers étant rarement mis à l'honneur de ce type de productions (et ce même si Anvers ressemble justement ici un peu trop à Bruxelles...)..       

 

The Expatriate
L'Anvers du décor.

 

Malheureusement, si le script du film est foncièrement simpliste, le scénario de A.E. Amel se veut ridiculement alambiqué et, bien trop souvent, extrêmement maladroit. Non content de compléxifier inutilement une intrigue qui aurait justement gagnée à être plus abrupte (ce qui aurait en outre permis de dynamiser un peu le rythme molasson du métrage), The Expatriate se plante surtout dans le traitement de ses personnages. L'habituellement lumineuse Olga Kurylenko semble ainsi parfaitement transparente (un comble) dans un rôle (anecdotique) dénué de tout relief. Globalement, si ce n'est le premier rôle, aucun personnage ne se démarque vraiment. Pas franchement passionnant dans sa partie action-espionnage (même s'il se laisse suivre sans déplaisir), le long-métrage de Philipp Stölzl ne suscite pas vraiment davantage l'intérêt lorsqu'il s'attarde sur la relation père-fille entre Ben Logan et son adolescente de fille Amy. Si l'on passe sur la version française absolument catastrophique et sur le jeu d'acteur complètement approximatif de Liana Liberato (déjà franchement pas terrible dans le très mauvais Effraction de Joel Schumacher), ce sont surtout les réactions absolument pourraves du personnage qui irritent grandement.

 

Les deux Kim – Bauer dans 24 heures chrono et Mills dans Taken   n'étaient déjà pas toujours des flèches, mais l'agacement qu'elles pouvaient parfois générer n'est rien en comparaison de cette grosse tête-à-claques qu'est Amy Logan. J'ai rarement vu une adolescente à ce point conternante de connerie et encore plus soulante dans sa propension systématique à faire des leçons de morale aussi ridicules que profondément imbéciles. Lorsqu'un tueur agresse son père, celui-ci assez logiquement – se défend et parvient à sauver leurs vies en l'éliminant. En temps normal, on serait plutôt soulagé d'avoir un papa balèze qui vous protège des méchants et vous évite la mort. Mais non. Pas elle. Non non non. Au lieu de lui faire un gros câlin les yeux tous humides pour le remercier, cette pauvre retardée du bulbe préfère lui faire un sermon à base de : « Tu viens de tuer un homme ! C'est horrible !! T'es un tueur ! Je ne veux plus jamais te voir !! ». Non mais franchement, c'est sûr que cela aurait été nettement mieux de se la jouer Bisounours style et de crever comme deux cons... Bref. Même si, en dehors de ça, The Expatriate est un divertissement loin d'être honteux, ce personnage est tellement insupportable qu'il finit tout bonnement par rendre le visionnage du film quasi insoutenable. Ce qui est d'ailleurs bien triste pour Aaron Eckhart qui, même s'il ne déçoit pas ici, ne peut malheureusement pas sauver à lui seul un film gâché par une écriture aussi indigente.

 
                
Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article