Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA SHINÉMATHÈQUE

LA SHINÉMATHÈQUE

« La connaissance s'accroît en la partageant. »

Slam Dunk

Image  L'image “http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes/6/1/6/9782871292616.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.  L'image “http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes/2/2/4/9782871293422.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.  L'image “http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes/9/6/2/9782871294269.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.  Slam Dunk - Slam Dunk, T24  Slam Dunk - Slam Dunk, T31

Slam Dunk de Takehiko Inoue (Kana - 31 volumes, édition terminée)


"Au collège, Hanamichi Sakuragi s’est fait jeter par 50 filles. Il est ensuite entré au lycée, mais il est resté sous le choc du refus de la 50ème fille qui lui a répondu : "Je suis amoureuse d’Oda du club de basket." C’est alors qu’est apparue l’âme salvatrice : Haruko Akagi. Il a suffit que, dans le couloir de l’école, elle lui demande : "Tu aimes le basket ?" pour que son coeur s’enflamme. Les choses ne sont malheureusement pas si simples puisqu’elle est amoureuse d’un garçon qui ne le sait pas et l'ignore : Kaede Rukawa. Ce garçon, véritable prodige du basket-ball collègien, va devenir le grand rival de Sakuragi..."

Après tout ce temps, j'ai finalement terminé la lecture de Slam Dunk. Et bien, que de plaisir ce fut !

L'humour, omniprésent au début du manga, laisse progressivement sa place à des phases de jeu vraiment prenantes ! Enfin, même si les SD (Super Deformed : caricatures) sont un peu moins présents sur la fin, le manga continue d'être drôle jusqu'au bout néanmoins. Car, bien que l'essence de ce manga se situe ailleurs, c'est avant tout un divertissement ; soyez donc rassurés.

Quoiqu'il en soit, il est vraiment très plaisant de suivre la progression de l'équipe de Shohoku et de ses membres (notamment la relation entre les éternels rivaux Sakuragi et Rukawa). Bien sûr, la fin laisse un petit goût d'inachevé, mais les tirs à trois points de Mitsui, les actions rapides de Miyagi et le Gorilla Dunk d'Akagi résonnent encore dans mon esprit... Sans parler des actions fabuleuses, et souvent farfelues, de Sakuragi et de son rival de toujours, Rukawa.

Les joueurs des autres équipes sont bien souvent intéressants également et bien construits. Je pense notamment à Sendô, Uozumi, Maki, Kiyota ou encore Fujima. En revanche, j'aurai vraiment apprécié voir l'équipe de Hiroshi Morishige (le tondu de seconde qui fait penser à Shaquille O'Neil) disputer un match contre Shohoku...

Après, étant un fan de Basket-Ball de la première heure, ce manga semblait fait pour moi. J'ai plutôt apprécié également d'essayer de découvrir quel grand joueur de la NBA avait inspiré tel ou tel joueur :
* Dennis Rodman pour Sakuragi (les cheveux rouges, les rebonds, l'agressivité),
* Michael Jordan pour Rukawa (le bandeau sur le bras ne trompe pas, tout comme le sens inné du jeu),
* Patrick Ewing pour Akagi (le côté animal, les dunks puissants, les contres efficaces, la stature impressionnante),
* Tyrone "Muggsy" Bogues pour Miyagi (les passages rapides, la petitesse),
* Steve Kerr pour Mitsui (l'adresse aux paniers à trois points et, surtout, la capacité de les marquer dans les moments décisifs).

Mais, la question à se poser est la suivante : Peut-on réellement accrocher à Slam Dunk sans aimer au moins un peu le basket ? En effet, les matchs s'étendent parfois sur plusieurs volumes et cela peu sembler bien long au néophyte, ou plutôt au non-fan ; même si les indications et précisions sur les règles du jeu sont plutôt claires.

http://farm1.static.flickr.com/177/424897740_daf7f32d01.jpg

Personnellement, j'ai trouvé les matchs vivants, passionnants et très fluides. Ca bouge vraiment.! Je dirais même que ça donne la pêche par moment ! On est auprès des joueurs. On participe à leurs doutes, leur fatigue, leur courage, leurs exploits. Et puis, on se demande à chaque fois sur quelle action Sakuragi va faire ressortir son génie et sur laquelle il va se taper une méchante honte (ce qui arrive assez souvent, faut bien l'avouer ^^) !

Cependant, il est important de préciser que la quasi globalité du manga est centré autour des matchs. Il ne faut donc pas se fier aux premiers tomes qui sont moins accès sur le sport. Inoue avoue d'ailleurs lui-même avoir débuté son manga avec une trame de shônen classique (pour les non-initiés, le "shônen" est un manga qui s'adresse surtout aux jeunes garçons) : le voyou au grand coeur qui tombe amoureux de la coqueluche de l'école, et qui va se mettre au sport pour lui plaire. D'ailleurs, cette partie de l'histoire est très basique et finalement peu intéressante. Le véritable intérêt de Slam Dunk, c'est bien le basket-ball. Le reste n'est qu'un joli habillage. D'ailleurs, en parlant d'habillage, il faut bien dire que le dessin s'améliore vraiment pour atteindre des sommets sur la fin du manga (même si Inoue a toujours autant de mal à dessiner de jolies filles ^^).

Inoue, en tant que passionné de basket, développe tout son talent dans les phases de jeu et les relations entre joueurs. Et il y parvient avec brio. On vibre à chaque action, car rien n'est jamais joué. On frémit pour cette équipe qui progresse à chaque match. On frissonne face aux incertitudes (Mitsui, Miyagi, Akagi, Sakuragi et Akagi ont tous de grandes forces, mais également de grandes faiblesses qui peut tout faire capoter). On se passionne pour le destin de Sakuragi-le-génie (et parfois, parfois seulement ^^, son surnom n'est pas volé) et la façon dont il va prendre en maturité face à ses forces mais, aussi et surtout, à ses faiblesses. Lorsque la dernière page se tourne, on se dit finalement que, alors que ça représente pourtant un nombre non-négligeable, 31 tomes c'est peu. Même si c'est le temps qu'il aura fallu pour raconter à peine plus de six mois de la vie de ces jeunes adolescents...

En tout cas, c'est un manga bien plus passionnant et moins figé que le trop contemplatif (et leeeeent) Vagabond (également par Takehiko Inoue). Et je crois bien que je ne vais pas tarder à lire Real (son dernier manga en date ayant pour thème le handibasket), que je viens juste de me procurer. Pour les amateurs d'humour et les passionnés de basket-ball, il serait dommage de passer à côté...


Pour découvrir d'autres lectures traitées ici : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Samy 14/04/2012 22:53


Yo !

J'ai beaucoup aimé ton article, et j'estime qu'il résume très bien le manga dans sa globalité. J'ai trouvé judicieux de préciser le contraste dans le jeu de Sakuragi (le fait qu'il puisse cumuler
coups d'éclat et fails honteux d'une action à l'autre) puisque cela fait partie des petits détails qui changent tout.
Et je souhaitais te corriger sur un point ! Mistsui Hisashi est en fait inspiré de Craig Hodges, un remplaçant spécialiste des trois-points (il détient le record du concours NBA) qui jouait aux
Bulls à leur apogée et qui portait le numéro 14 également. Et on peut noter que Sendoh Akira correspond à Magic Johnson (meneur de grande taille, très calme et souriant, passeur de génie).

Voilà tout :) 

Erzie 04/11/2008 20:07

"Mais, la question à se poser est la suivante : Peut-on réellement accrocher à Slam Dunk sans aimer au moins un peu le basket ?"
 
La réponse est OUI!!!!
Et un grand oui! En théorie, Slam dunk n'avait strictement rien pour me plaire. J'ai beau aimer lire des mangas sur tous les sujets, le shonen de sport n'est quand même pas ce que je préfère. Des DA de notre enfance, c'est pas Olive et Tom que je revois avec le plus de plaisir.
Et au delà de ça, la basket... arg! la seule fois où j'ai marqué un panier au colège, c'était contre mon équipe. Mon frangin m'a complètement saoulée avec ce sport: j'avais de gros a priori négatifs quoi.
J'ai découvert Slam dunk il y a quelques années maintenant, et régulièrement, ça me reprend, je refais une crise et je me replonge dedans. d'ailleurs, plus ça va, plus les crises sont intenses hi hi hi. j'en suis même arrivée à me lancer dans le fan art.
On se prend on jeu, on comprend la statégie, on adore les matchs, on vibre sur une belle action... c'est du grand art! L'auteur nous transmet sa passion avec une justesse et un brio extraordinaires!
Les personnages sont tous attachants (même Rukawa l'autiste, allez, je suis gentille), et ont une profondeur. Mention spéciale à Mitsui, mon chouchou, dont le passé trouble et les égarements lui confèrent, à mes yeux une dimension supplémentaire. les personnages secondaires sont également très soignés et ça, c'est remarquable. Fujima, Sendoh, Maki... ils ont autant d'envergure que les héros.

Shin 05/11/2008 18:48



Bonsoir Erzie,

Je te remercie de ton témoignage. Ma question était un peu provocatrice je l'avoue, car je pense évidemment que Slam Dunk peut être apprécié par des néophytes du basket-ball. J'aime
d'ailleurs beaucoup Rookies, qui traite de base-ball, alors que je n'y connais absolument rien et que ce sport ne m'a jamais passionné. C'est peut-être simplement un plus de connaître le
sport en question. Cela en a été un pour moi concernant Slam Dunk en tout cas.

Amicalement,

Shin.



Sith 25/03/2008 13:20

Slam Dunk et GTO... des manga addictifs que je ne retrouve plus depuis... excepté peut être Gantz.

Je ne pense pas qu'il faut etre fan de basket pour aimer ce manga. JE suis toujours épaté d'accrocher à des thèmes différents, le jeu de go, le baseball, les combats... en fait, peu importe le sujet, tant qu'il est passionnant avec des personnages charismatiques, ça fonctionne toujours ! :D

Lu 19/03/2008 17:59

Je ne connais pas ce manga, faut dire que j'ai plus bcp de temps pour ça.