Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 00:00
Coco ChanelRéalisé par Christian Duguay, sorti à la télévision le 29 & le 30 décembre 2008

Avec : Barbora Bobulova, Shirley MacLaine, Olivier Sitruk, Malcolm McDowell, Sagamore Stévenin, Marine Delterme, Cécile Cassel, Anny Duperey ...

"Comment Gabrielle est devenue Coco Chanel (Barbara Bobulova / Shirley MacLaine). De l'orphelinat qui, en lui apprenant la couture, lui facilitera la découverte de ses dons, à l'amour fondateur de sa vie, son aventure avec Boy Capel (Olivier Sitruk), la première partie de la vie de celle que tous ses collaborateurs appelaient "Mademoiselle ". C'est à, travers le regard de Chanel en 1954, de retour d¹un exil volontaire en Suisse qui l'aura éloignée plus de 15 ans des ateliers de la mode, que la 2ème partie suit la métamorphose de cette femme intraitable et géniale qui a non seulement habillé les plus grandes de ce monde, mais aura révolutionné la mode en permettant aux femmes de vivre naturellement..."




Mon avis
(très bon) :





Bien avant qu'elle ne soit au cœur de l'actualité cinématographique de 2009 (avec pas moins de deux biopics lui étant consacrés cette année, Coco avant Chanel de Anne Fontaine et Coco Chanel & Igor Stravinsky de Jan Kounen), la plus fameuse créatrice de mode que la France ait fait naître avait déjà fait l'honneur d'une adaptation filmée de sa vie tumultueuse l'année précédente. En effet, coproduction européenne (france, Italie et Royaume-Uni) commandée par la société américaine Lifetime, la télésuite en deux parties Coco Chanel avait ainsi fait ses débuts à la télévision américaine le 13 septembre 2008, avant d'être proposée dans l'hexagone par France 2 les 29 et 30 décembre 2008.


C'est le réalisateur québécois Christian Duguay qui a alors  été choisi pour mettre en scène cette histoire "librement inspiré de la vie de Coco Chanel" dans une approche donc volontairement  plus romanesque que véritablement documentaire. Prenant la succession de son quasi-compatriote David Cronenberg (canadien pour sa part) en réalisant, près d'une décennie plus tard, la suite du son film choc Scanners (il signera également le troisième volet), Christian Duguay s'est par la suite fait remarquer par les amateurs de science-fiction en signant le fauché, mais néanmoins formidable Planète Hurlante en 1995, remarquable adaptation d'une nouvelle de Philip K. Dick avec Peter Weller (inoubliable interprète de Robocop) et Roy Dupuis (vu récemment dans Mesrine : L'instinct de mort). Il se spécialise ensuite dans le thriller d'action avec des films comme Contrat sur un terroriste (à l'affiche duquel on retrouve Aidan Quinn, Donald Sutherland ou encore Ben Kingsley), L'Art de la guerre (avec Wesley Snipes, Michael Biehn et toujours Donald Sutherland) ou bien The Extremists (avec Devon Sawa, Bridgette Wilson-Sampras et Rufus Sewell) Si le succès n'est pas toujours au rendez-vous dans les salles, le réalisateur affiche déjà des parti pris artistiques qui ne manquent pas d'intérêt et qu'il aura également le loisir de mettre à profit pour la télévision. Dès 1997 donc, il participe à la série télévisée Les Prédateurs "The Hunger" (développée à partir du film éponyme de Tony Scott), puis s'attelle à la reconstition historique en réalisant un biopic sur Jeanne d'Arc en 1999 (Joan of Arc), puis un autre sur Adolph Hitler en 2003 (Hitler : la Naissance du mal).

 

Coco Chanel
Coco Chanel, un portrait de femme qui ne manque pas de charme.

 

Pour le réalisateur,  Coco Chanel est donc une nouvelle occasion d'explorer la vie d'une personnalité marquante de l'Histoire. Pour cette télésuite en deux parties de plus de trois heures (un minimum pour tenter d'appréhender un  tant soit peu un destin aussi riche que celui de la couturière), le réalisateur a d'abord su s'entourer d'un casting aussi surprenant qu'enthousiasmant. Dans le rôle de Gabrielle "Coco" Chanel, on retrouve ainsi non pas une, mais deux actrices : d'un côté l'américaine expérimentée Shirley MacLaine (qui incarne la couturière de retour de Suisse alors qu'elle est âgée de 71 ans), et la méconnue slovaque Barbora Bobulova (qui prête quant à elle ses traits délicats à Coco dès ses 18 ans). Un choix pertinent à l'époque du tout numérique et des maquillages sophistiqués qui, en plus d'éviter le ridicule qu'aurait  éventuellement pu provoquer l'utilisation de prothèses faciales lourdes et peu crédibles (d'autant que les moyens techniques et financiers offerts par la télévision sont rarement aussi confortables que dans le cinéma), permet surtout au personnage de gagner en profondeur. L'oscarisée Shirley MacLaine possédant effectivement toute l'expérience , l'élégance, et l'autorité nécessaire pour camper une Coco parvenu au sommet, mais que le temps qui passe plonge en pleine  phase de remise en question (tant artistique et professionnelle, que personnelle et amoureuse) ; tandis que la très photogénique Barbora Bobulova parvient à retranscrire par sa fraîcheur, sa féminité débordante et sa spontanéité de jeu tout le caractère rebelle, passionné et anticonformiste de cette autodidacte impétueuse dans ses plus jeunes années. Certes, de première abord, la ressemblance entre l'actrice et l'artiste n'est  peut-être pas flagrante, mais la sincérité de l'interprétation suffit largement à nous laisser porter par cette jolie histoire.

 

 

Qui plus est, les deux actrices ne sont pas seules à briller dans cette télésuite. Ainsi, peut-on avoir le plaisir de retrouver , auprès de Shirley MacLaine, le toujours aussi charismatique Malcolm McDowell en ami fidèle ; sa classe naturelle lui permettant sans difficulté de conférer à son personnage un raffinement distingué qui ne manque vraiment pas de charme. Barbora Bobulova n'est pas en reste non plus et peut même, quant à elle, compter sur la présence de deux acteurs pour la seconder. Le français Sagamore Stévenin tout d'abord endosse ainsi l'uniforme du premier mécène de Coco avec une allure assurée. Si on pourrait probablement reprocher à celui-ci de manquer d'un peu de nuances dans son jeu (se contentant le plus souvent d'apparaître comme une sorte de prince "charmeur" fantasmé et un brin poseur), son pouvoir de séduction est certain et le Étienne Balsan qu'il interprète ne manquera sûrement pas de plaire à la gente féminine. Dans le rôle du grand amour de Coco, Olivier Sitruk offre pour sa part une interprétation bien plus subtile du personnage d'Arthur "Boy" Capel. D'abord présenté comme un personnage fantasque et fanfaron aux manières un peu rustres, Boy  gagne sensiblement en prestance à mesure que l'histoire avance et son charme opère sur Coco en même temps que sur le spectateur. Il est cependant dommage que certains aspects de sa vie soient aussi rapidement survolés (il n'est ainsi pas toujours évident de comprendre certains des choix de vie qu'il fait au détriment de son amour pour Coco). Sans fausse note ni éclat, le reste du casting demeure également à la hauteur ; j'ai néanmoins été agréablement surpris de retrouver Annie Duperey dans un rôle très différent de celui qui la rendu célèbre et qu'elle interprète dans la série Une famille formidable aux côtés de son "mari" Bernard Le Coq.


Coco Chanel
Coco Chanel, une vie à pleine couture...

 

Télésuite de qualité, Coco Chanel surprend aussi par la qualité de sa reproduction. Costumes et décors nous font revivre les différentes époques traversées par Mademoiselle Coco avec force (quitte à utiliser quelques images d'archives lorsque la Grande Guerre éclate), tandis que la mise en scène de Christian Duguay enrobe le tout avec un raffinement et une ingéniosité qui détonnent quelque peu pour une production de cet ordre (les téléfilms se bornant le plus généralement à une réalisation et un montage plan-plan et sans âme). Ainsi débute-t-il son métrage avec un de ces fameux plan-séquences dont il a le secret. D'abord aérien et extérieur, "l'œil " de la caméra se rapproche ainsi lentement de la foule pour s'intéresser de plus près et en même temps que le spectateur – aux personnages qui sont au centre de ce récit, avant de s'inviter littéralement enfin à l'intérieur du défilé de mode organisé par "Mademoiselle" et d'entrer directement au cœur de l'histoire. Pour entamer la seconde moitié de son métrage, Christian Duguay utilisera également une approche similaire ; même si l'angle du vue semble alors inversé. Filmant en gros plan une pancarte annonçant "Gabrielle Chanel, Modiste, 2ème étage", la caméra part cette fois-ci du sol du trottoir et s'attarde sur les anonymes de la rue (ce qui ne manque pas de symbolique s'agissant d'une créatrice qui a toujours revendiquée son indépendance vis-à-vis des classifications sociales et sa volonté d'habiller toutes les femmes, fussent-elles femmes  couronnées ou femmes de la rue), avant d'enfin s'envoler vers la petite chambre de Coco ; qui était d'ailleurs déjà positionnée à bonne hauteur, en haut des marches, dans la précédente ouverture (comme pour signifier que, peu importe l'endroit où elle vit et le milieu qu'elle fréquente, elle reste grande d'abord par ce qu'elle représente)


Le montage décalé entre les jeunes années de la créatrice et une époque plus récente située au sortir de sa "retraite" en Suisse  et dont l'alternance est faite aux moyens de transitions élégantes (comme si la bande vieillissait d'un coup en passant d'une époque à une autre)  permet également de mettre en parallèle les deux visages de Chanel (la jeune Gabrielle et la vieillissante Coco), entre construction d'une artiste naissante et remise en question artistique sur le tard, entre gloire et infortune, les expériences et l'expérience ; dressant petit à petit le portrait d'une femme visionnaire d'une incroyable modernité (résistant à alors que certains concurrents, comme Doucet, ont depuis sombré dans l'oubli) et portée surtout par une passion infinie (comme le témoigne le triangle amoureux qui agrémente ce métrage, mais surtout la manière dont celle-ci parvient à se réaliser à travers son travail). Forcément partial, incomplet et romancé pour d'évidentes contraintes narratives (le côté fleur bleue pourra en agacer les plus réticents), Coco Chanel  propose au final une vision assez bienveillante de l'artiste et de la femme, évitant ainsi soigneusement de se pencher sur les côtés les plus sombres de sa vie (toute la période polémique située pendant la seconde guerre mondiale est ainsi poliment éclipsée). Pourtant, le spectacle reste de qualité, jamais ennuyeux, et bien au-dessus du lot des habituelles productions télévisuelles. Christian Deuguay semble d'ailleurs lui-même avoir plutôt apprécié l'expérience puisque, après cette télésuite dédié à Coco Chanel, il a accepté de tourner le pilote d'une série télévisée produite par Ashton Kutcher et se déroulant dans le milieu de la mode (A beautiful life avec Elle MacPherson et Mischa Barton).

 


Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Oreo33 26/03/2013 18:45


Je vais retrouver le Mad Movies avec l'interview du réalisateur.


Idem, Je ne suis pas familier des concours hippiques. Mais il arrive à rendre passionnant ce milieu. Dans le film les rapports entre les personnages et nottament entre les membres d'une même
famille (liens de sang ou même équipe) sont touchants et magnifiquement filmés.


le seul bémol que je reproche au film, c'est de connaître la fin. Mais pour le reste, c'est un film rythmnée au trop et bien plus réussi que le mieilleux "Danse avec lui".

Oreo33 22/03/2013 11:11


 


Salut,


 


Cela fait grandement plaisir dans ton article de parler en bien du réalisateur Christian Duguay.


Quelques précisions.


Après Scanners 2 et 3 (pas vu snif), il a réalisé Explosion Immédiate / LIne Wire un solide actionner avec Pierce Brosnan démineur dans le
rôle principal. Cela dit P. Brosnan en démineur, tu y crois moyen mais le film est divertissant et spectaculaire. Ca préfigure Blown Away de Stephen Hopkins. ;-)


Pour Explosion Immédiate, il y a aussi la patte de Christian Dugay nottament sur le plan-séquence. Et je suis daccord avec toi. La
réalisation du metteur en scène est d'une rare élégance dans ses films rendant l'histoire passionnante (comme dans Jappeloup). Il me semble avoir lu dans une interview carrière qu'il est
steady-camer aussi. ;-)


Cela me donne envie de voir ses téléfilms dont COCO CHANEL (un mot un peu péjoratif en France) qui ne seront pas plan-plans.
;-)


Et fonce voir Jappeloup avec son super casting.

Shin 26/03/2013 18:11



Oui, je ne serais effectivement pas surpris d'apprende qu'il est passé par le poste de steady-camer ; surtout lorsque l'on observe sa façon de mettre en scène, avec ces long travellings hyper
léchés !


 


Concernant Jappeloup, c'est plus le nom de Christian Duguay qui m'attire que son casting (même si Daniel Auteuil est un acteur que j'apprécie particulièrement).



dasola 18/01/2010 13:46


Bonjour shin, je n'ai pas vu ce téléfilm qui a moins fait parler que le film d'Anne Fontaine. A te lire, j'ai loupé quelque chose. J'arriverais certainement à le voir un jour. Bonne journée.


À propos du blog

LA SHINÉMATHÈQUE
  La Shinémathèque
« La connaissance s'accroît en la partageant.»

s :  CINEMA ACTUALITE MUSIQUE BLOG MANGA CINEMA / TV LA SHINEMATHEQUE
:
Bienvenue dans mon humble chez moi ! J'espère que le voyage nous plaira et vous donnera envie de revenir et, pourquoi pas de participer. Qu'il s'agisse de cinéma, de séries, de musique ou d'autres absurdités, je serai toujours ravi de lire vos avis ; qu'ils soient positifs... ou négatifs ! ;-)

Rechercher

La Pin-up du mois

  La Pin-Up du mois

 

         VOIR TOUTES LES PIN-UP   

Les Listes du Shinéphile

Dans le compteur

          Déjà

      visiteurs !

 

Actuellement, il y a curieux sur ce blog...