Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 00:00
Doomsday
Réalisé par Neil Marshall, sorti le 2 avril 2008

Avec Rhona Mitra, Adrian Lester, Craig Conway, Lee-Anne Liebenberg, David O'Hara, Alexander Siddig, Bob Hoskins, Malcolm McDowell ...

"Un terrible virus annihile 90 % des habitants en Écosse. Pour endiguer l'épidémie, le gouvernement anglais construit un mur infranchissable. L'Écosse est désormais un no man's land barbare et violent où les survivants sont coupés du monde. Lorsqu'une trentaine d'années plus tard, le même virus réapparaît au cœur de Londres, un commando de choc part en mission suicide rechercher un éventuel vaccin dans une Écosse contrôlée par des gangs rivaux...
"




Mon avis : http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_smile.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_bof.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif http://s184.photobucket.com/albums/x158/GeniusTF/th_icon_none.gif



Neil Marshall est un véritable passionné du cinéma de genre, gavé aux classiques de George Miller,
John Carpenter ou encore George A. Romero. Il l'avait déjà prouvé avec le bancal, mais foncièrement sympathique, Dog Soldiers (qui remettait le mythe du loup-garou au goût du jour), avant d'enfoncer le clou avec The Descent (un réjouissant survival horrifique à l'ancienne se démarquant par son approche claustro). Assez logiquement donc, le cinéaste s'attaque aujourd'hui au film post-apocalyptique, autre emblème indissociable de ce cinéma de genre qu'il affectionne tant.

Avec sa mise en images radicale et craspec de l'effroyable virus ravageant l'Écosse, suivi de son confinement en quarantaine, on peut dire que le film de Neil Marshall débute sur les chapeaux de roues ; négociant ce qui s'apparente alors à un savoureux mélange entre renouveau du genre chiadé et hommage généreux aux précurseurs. Un sens de rythme certain, zéro temps mort, une photographie léchée et une violence spectaculaire qui ne lésine pas sur les démembrements sanglants et autres explosions d'hémoglobine (les effets visuels sont vraiment sensationnels). Du pur fun, quoi. À la croisée des chemins entre 28 jours plus tard de Danny Boyle (et sa séquelle réalisée par Juan Carlos Fresnadillo), Land of the Dead de George A. Romero et même Resident Evil : Apocalypse d'Alexander Witt dans ce qu'il a de mieux (à savoir la séquence de mise en quarantaine de la population par l'armée), Doomsday nous embarque dès les premières minutes dans son ambiance de fin de monde très "28 ans plus tard" (c'est d'ailleurs pratiquement le cas dans le film puisque l'intrigue prend place une trentaine d'années après). Neil Marshall assume ses références et les revendique même (un personnage porte le nom de Carpenter, un autre celui de Miller). Démarche ô combien louable (combien se contentent-ils de piller honteusement sans assumer ?), mais qui n'excuse pourtant pas tout.

Passée cette mise en bouche particulièrement alléchante, le film commence en effet à appuyer un peu trop lourdement sur ses modèles. Ainsi découvre-t-on à l'occasion d'une prise d'assaut musclée façon Piège en haute mer (oui, oui le fim avec le yakayo Steven Seagal, mais en plus trash), ce qui est censé être l'attraction principale du film. À savoir, Rhona Mitra. Coutumière du film daubesque (le Beowulf avec Christophe Lambert, l'horrible remake de Get Carter ou encore les insignifiants Skin Walkers et Le Nombre 23, c'était elle), la belle n'avait pour l'instant réussi à marquer les esprits que grâce à sa plastique avantageuse (faisant le mannequin pour le compte de la franchise Tomb Raider ou incarnant la voisine sexy de Kevin Bacon dans Hollow Man de l'ami Paulo). Ici, elle tente tant bien que mal de donner vie à un clone féminin du motherfucker le plus cool du cinéma : Snake Plissken (icône post-nuke créée par John Carpenter dans New York 1997). Alors forcément, notre anti-héroïne balance des répliques badass, porte un débardeur noir moulant, est accro aux clopes (plus encore que Napoléon dans Assaut, autre film de Carpenter) et se révèle accessoirement borgne, ou presque ; le cinéaste ayant cru bon l'affubler d'un improbable œil bionique télécommandé. What the fuck ?

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/65/70/98/18918465.jpgRhona à un quidam du coin : « J'ai habité près de chez vous ! »

Rudement bien gaulée, mais aussi inexpressive que la sculpturale Natasha Henstridge (la mutante du film éponyme de Roger Donaldson ; on a les références qu'on peut), Rhona Mitra est quand même loin d'avoir le charisme d'une Sigourney "Ellen Ripley" Weaver ou d'une Linda "Sarah Connor" Hamilton (remarquez qu'elle n'est pas pire que Milla Jovovich)Eden Sinclair (son personnage donc) reste néanmoins tout aussi marginale, anarchiste et rebelle que l'anti-héros de John Carpenter. Elle  va donc devoir exécuter le sale boulot de politicards véreux en passant de l'autre côté de la barrière (n'y voyez ici aucune allusion graveleuse).

Comme dans le film de Carpenter, le gouvernement est composé d’une belle brochette d’enflures. Comme dans le film de Carpenter, ceux qui "indisposent" la société ont été lâchement parqués derrière un mur. Comme dans le film de Carpenter, on va confier à "l’homme" (Neil Marshall ayant quand même eu le bon goût d’asexuer le personnage et d’éviter les romances hasardeuses) de la dernière chance (accessoirement formé par l’armée et riche d’un sombre passé) une mission suicide dont personne ne veut. Et comme dans le film de Carpenter, il va y avoir le son of a bitch anarchiste (et passablement psychopathe) de service qui va l’emmerder jusqu’au bout et tenter de l’utiliser pour s’échapper de cette "prison" improvisée. Sauf que dans le film de Carpenter, c’était l’ultra charismatique Isaac Hayes (paix à son âme) qui prêtait ses traits au Duke. Alors qu’ici, c’est le nettement moins charismatique Craig Conway qui campe le risible Sol. Une sorte de tarlouze sado-maso à crête blonde qui se balade avec un sosie foireux de la "Crampe" comme clébard (les fans de Pulp Fiction peuvent pleurer) et dirige une bande de néo-punk cannibales au look volontairement calqué sur les barbares de Mad Max 2 (le fameux film de George Miller) et les guerries de Ghost of Mars (toujours de Carpenter, et où jouait justement Natasha Henstridge dis donc).
Bien qu'en fait, le résultat m'a plutôt fait pensé à un mix improbable entre les voyous punks du Retour des morts-vivants de Dan O'Bannon et les déviants grand-guignolesques des productions Trauma (tendance Atomic College : Class of the Nuke'em High). Enfin, passons.

Il n
'empêche que, si on rajoute la présentation holographique fluo de la zone sécurisée façon New York 1997, ça commence à faire un peu beaucoup pour n'y voir là qu'un simple hommage. En effet, plus le film avance et plus l'impression de pompage paresseux grandit. Après John Carpenter (dont la filmographie a déjà été très largement "exploitée") et George Miller (jusqu'à la course poursuite finale presque calqué à la virgule près sur celle de Mad Max 2), Neil Marshall poursuit son aventure à travers une évolution complètement stupide de l'histoire qui emprunte beaucoup à John Boorman. Comme je le soulignais à l'instant, les différents clins d’œils plus (New-York 1997, Mad Max 2) ou moins (Los Angeles 2013, Ghosts of Mars, Aliens, The Crazies ou encore le jeu-vidéo Halo) appuyés dont s'embarrassait Doomsday n'étaient pas toujours formidablement gérés (l'improbable french-cancan exécuté par des écossais obèses a d'ailleurs bien failli m'achever !). Mais cet espèce de revirement historique est de loin ce qui m'a le plus gêné dans le film. On devine bien la tentative désespérée de Neil Marshall d’accommoder le post-nuke à la sauce britanico-médiavale (l'idée est-elle d'ailleurs si mauvaise ou simplement mal exploitée ?), mais la sauce a difficilement bien du mal à prendre et en vient même à complètemement gâcher l'idée de départ je trouve. Ce qui fait que, au lieu d'assister à une sorte de relecture moderne d'Excalibur, on a quand même davantage l'impression d'être devant un ersatz de King Rising (In the name of the king : A Dungeon Siege tale) ; le nanar avec Jason Statham, Ron Perlman, Burt Reynolds ou encore Kristanna Loken (une autre bombasse peu expressive). Et ça, ce n'est vraiment pas une référence.

http://a69.g.akamai.net/n/69/10688/v1/img5.allocine.fr/acmedia/rsz/434/x/x/x/medias/nmedia/18/65/70/98/18918463.jpgLee-Anne la guerrière : Tout feu, tout flamme !

Bon d'accord, ce n'est quand même pas aussi naze que le film d'Uwe Boll le combat délirant avec ce gigantesque chevalier surréaliste, (évoquant à la fois  le Krogan de Highlander et le Chevalier Noir de Sacré Graal) est plutôt délirant – mais le résultat est loin d'être folichon.  Malcolm MacDowell (qui apporte malgré tout un peu de crédit au film, à l'instar du sous-exploité Bob Hopkins) a d'ailleurs franchement l’air de se demander ce qu’il fout dans les fripes de ce monarque improvisé qui s'échine à relancer l'Inquisition en l'an 2035.  On cherche aussi. Clairement pour moi, le réalisateur a poussé le mélange des genres et des époques un peu trop loin. Imaginez une seconde que l'univers de RoboCop rencontre celui de Kaamelott... Et bien, ce n'est franchement pas top !

À tout ces défauts, à ces références trop lourdement appuyées, à cette évolution peu emballante de l'intrigue, s'ajoute un casting globalement trop lisse. Surtout en ce qui concerne les seconds couteaux (pourtant si essentiels dans ce type d'histoire). Que ce soit dans l'équipe d'intervention de Rhona Mitra, chez les sbires de Craig Conway ou au sein de l'antre de Malcolm McDowell, peu auront effectivement réussi à me marquer. Les membres du gouvernement (Alexander Siddig, David O'Hara, Bob Hoskins) s'en sortent certes un peu mieux. Mais, ils bien trop en retrait pour combler le manque. Ah si ! Il faut tout de même que je cite l'étonnante Lee-Anne Liebenberg qui, avec son costume improbable à la Xena la guerrière et ses tatouages façon Absolom 2002, m'a laissé une très bonne impression (j'aimerai découvrir d'autres films avec elle). Je l'ai d'ailleurs trouvé nettement plus charismatique que la monolithique Rhona Mitra (ce qui est presque un comble). Doomsday accuse enfin et surtout de facilités scénaristiques et d'incohérences douteuses qui finissent de gâcher ce grand barnum. Faut quand même avouer que l'attaque des deux blindés par une poignée de mecs armés de flèches et de bâtons, totalement calquée sur celle de L'Armée des morts, a bien du mal à passer. Pire, comment gober une seule seconde à ce repère caché que personne n’avait déniché jusque là et qui comme par hasard contient une bagnole flambant neuve et des téléphones high-tech à faire baver James Bond (et en parfait état de marche après près de 30 ans de stockages dans un container, qui plus est !) ? Dans ce catalogue de références mal assorties, cette fâcheuse tendance du réalisateur à bâcler les détails est vraiment regrettable.

D'autant qu'il y avait un bon potentiel (c'est certain). La volonté de Neil Marshall de priviligier au maximum les cascades en temps réel aux effets numériques approximatifs est tout à fait respectable (autant que pouvait l’être celle de Paul W. S. Anderson pour sa Course à la mort). Le début est également très prenant et les effets visuels impeccables. Et puis, il y a aussi cette bande originale jouant à fond la carte du kitsch (où se croisent même plusieurs groupes mythiques des eighties comme Siouxsie & the Banshees ou Frankie goes to Hollywood) pour relever le niveau. Mais, compartivement aux faiblesses qu'accumulent le film, ça reste vraiment trop peu pour rendre l’ensemble crédible. Même la morale finale fait sourire (les plus barbares ne sont pas toujours ceux qu’on croit, arf arf). Vraiment trop bordélique, trop invraisemblable, trop bancal, Doomsday s’apparente à une immense déception vis-à-vis d'un cinéaste qui nous avait franchement habitué à mieux (Dog Soldiers et surtout The Descent). Même l'ultra efficace course poursuite finale (bien qu'un peu trop proche de son modèle Mad Max 2) n'y change rien. Doomsday ne convainc jamais totalement. J'aurais pourtant tellement aimé me laisser embarquer dans cette folie cinématographique... Tant pis, ça sera pour la prochaine fois. Promis ?

En attendant, petite question ludiquo-débile : L'explosion ultra-réaliste du lapin, info ou intox ? ^__^


Pour voir d'autres chroniques de films : cliquez-ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lu 12/01/2009 11:50

Je crois que je vais le louer un de ces quatres.Bonne journée

Shin 15/01/2009 21:22



Bonsoir Lu,

J'espère que seulement que le spectacle te plaira plus qu'à moi.

Amicalement,

Shin.



eelsoliver 10/01/2009 17:10

Après the descent, autant dire que j'attendais ce nouveau film de Marshall, résultat une série B sans prétention et assez décevante même si je trouve ce film sympa.En fait, une sorte d'hommage au ciné de Carpenter.

Shin 15/01/2009 21:19



Bonsoir Olivier,

Effectivement, même si le film se laisse suivre, le cinéaste nous avais habitué à bien mieux. Espérons que son prochain film soit plus réussi !

Amicalement,

Shin.



Captain Blood 10/01/2009 13:58

Oui pas de souci je t'y autorise aussi si tu le souhaites pour mettre un lien :-)A bientôt,Captain Blood

Shin 10/01/2009 16:50



re-Bonjour Captain !

Je viens de t'ajouter à mes liens également et je voulais aussi te remercier pour la belle présentation que tu m'as réservé ! C'est vraiment très gentil !

Amicalement,

Shin.



Vlad 10/01/2009 13:06

Coucou l'ami, ca va bien ? Doomsday m'avait paru fort sympathique. Je l'avais vu avec Oreo et j'en garde un bon délire au cinéma même si le film en lui même n'apporte rien au genre. C'est jouissif et divertissant et ça me botte bien. Aujourd'hui je voulais aller voir le "Che" mais après un vendredi assez arrosé je pense que je vais me mater le creepers ^^ (faudra que je te rende la saison 2 de Earl qui est terrible - j'ai une préférence pour Earl plutot que it crowd qui est sympa quand même)Sinon, c'est nouveau les films a l'affiche en fin de billet pour ce mois ci ? J'avais aps fait attention. C'est ceux qui t'attire ? J'ai fait pareil sur mon blog mais la liste est longue et je sais que je risque d'etre deçu car je pourrais aps tout voir (et j'ai eu confirmation qu'en fevrier ca sera pire lol).Passe un bon week end,Vlad

Shin 10/01/2009 16:47



Bonjour Vlad,

C'est sûr que lorsqu'on ne connait pas ni Mad Mad 2, ni New York 1997, Doomsday peut s'avérer distrayant (malgré des incohérences qui font mal : l'entrepôt à la fin
notamment). Pour le fan de John Carpenter et de Mad Max que je suis, ça a franchement du mal à passer. Ce n'est pas que le film soit honteux. Il m'a juste semblé inutile.

Sinon, effectivement, depuis cette année, je me suis décidé à faire une petite liste des films m'intéressant pour le mois en cours. Il y a peu de chances que je les vois tous, même si j'aimerais
bien.

Amicalement,

Shin.



Moskau 10/01/2009 12:54

Pour ma part, j'ai bien apprécié ce film (je n'ai vu ni Dog Soldiers ni The Descent). Il est clair que Marshall a fait son marché du côté de Mad Max, New York 1997, 28 jours plus tard ou l'Armée des Morts pour en faire un grand n'importe quoi, mais plutôt bien foutu. Pas mémorable, mais plaisant...

Shin 10/01/2009 16:43



Bonjour Moskau,

Pour avoir revu récemment certains des films ayant inspirés Doomsday, je trouve que de marché ça ressemble plus à un gros caddie rempli à ras-bord de séquences entières (pour New
York 1997 notamment, c'est flagrant). De fait, j'ai pour principe de toujours préférer l'original à la contrefaçon, alors je crois qu'un seul visionnage suffira !

Amicalement,

Shin.



À propos du blog

LA SHINÉMATHÈQUE
  La Shinémathèque
« La connaissance s'accroît en la partageant.»

s :  CINEMA ACTUALITE MUSIQUE BLOG MANGA CINEMA / TV LA SHINEMATHEQUE
:
Bienvenue dans mon humble chez moi ! J'espère que le voyage nous plaira et vous donnera envie de revenir et, pourquoi pas de participer. Qu'il s'agisse de cinéma, de séries, de musique ou d'autres absurdités, je serai toujours ravi de lire vos avis ; qu'ils soient positifs... ou négatifs ! ;-)

Rechercher

La Pin-up du mois

  La Pin-Up du mois

 

         VOIR TOUTES LES PIN-UP   

Les Listes du Shinéphile

Dans le compteur

          Déjà

      visiteurs !

 

Actuellement, il y a curieux sur ce blog...